PhotoArtist_interview

Contribuer à cet article | Créer un nouvel article
Category:Tests
Category:Logiciels

PhotoArtist : l'interview du créateur

par Courtox, le 23 juin 2010


Interview réalisé le 26 Mai 2010

Bonjour Christian
Bonjour Francis

Francis : Merci d'avoir accepté cet interview qui permettra aux lecteurs de mieux comprendre les particularités de ton logiciel, tes méthodes de développement et tes projets futurs.
J'ai d'abord quelques questions générales sur toi et ton produit, ensuite on passera au cœur du produit
Christian : Allons y.

Francis : Comment et quand s'est décidée cette aventure récente avec "PhotosArtist"? C'était quand déjà?
Christian : Fin 2005, une suite d'événement dans ma vie de développeur m'a fait observer ce qui se passait dans le milieu des logiciels d'albums photo. Très déçu par la pauvreté de l'offre du point de vue logicielle, je me suis dis, comme développeur, que j'allais essayer de faire autre chose, au départ pour le plaisir, et ensuite plus sérieusement. A chaque fois que j'avais fait quelque chose d'"assez-bien" en résultat, je me retrouvais avec des boutons de partout et beaucoup de frustration à ne pas pouvoir offrir plus de possibilités, limité par l'ergonomie d'un produit qui se veut grand public.

Il y a eu 6 réécritures intégrales du logiciel où il y avait de plus en plus de choses "sous le capot" et de moins en moins de "boutons" pour les piloter... On a tenté de donner de plus en plus d'intelligence et d'initiative au logiciel...

On a donc fini avec le concept des artistes virtuels, quand on crée un effet, c'est l'artiste qui agit sur les boutons, l'utilisateur observe, et dit si cela lui plait ou non. Le logiciel en parallèle essaye de comprendre vos goûts pour vous proposer des créations de plus en plus pertinentes, du moins, il va tenter de vous cerner... cette compréhension reste dans la base de données de l'utilisateur et n'est bien sûr pas communiquée à notre serveur : cela reste entre vous et votre PhotosArtist ;-)



Francis : Pourquoi avoir choisi le Scrap booking?
Christian : Le "sens de la page" que j'ai fini par cultiver en travaillant pour le monde de la communication... là, on est beaucoup plus bohème bien sûr, mais la vedette reste la page. C'est joli, un petit papillon ou une feuille verte juste à côté d'une photo, non ?


Francis : Quelle est "ta définition" du S.A.O, scrapbooking assisté par ordinateur?
Christian : je sais pas, c'est toi qui a trouvé ce terme ;-)
c'est pas très poétique et un peu trop "travail" comme expression ;-)



Francis : Le scrap booking digital n'est pas très connu en France, penses-tu qu'il va s'imposer largement comme aux Etats Unis?
Christian : pour le scrap digital, je n'en sais rien.

C'est vrai qu'en France, le mot-même scrapbooking est peu connu... utilise le mot "collimage" et c'est encore pire... les québécois par contre utilisent semble-t-il le terme de collimage.

Il me semble évident que les acteurs de l'album photo numérique aujourd'hui n'y croient pas... mais c'est surtout parce qu'ils prennent leur clients pour des idiots incapables de se servir du moindre logiciel... mon expérience du multimédia me fait seulement affirmer qu'il faudrait déjà que l'offre existe pour pouvoir en juger ! Je constate que lorsque les gens aiment, ils s'accrochent et finissent par y arriver... mais encore faut-il les respecter. Ensuite, à nous d'améliorer le logiciel pour qu'il soit encore plus facile à utiliser et que son apprentissage soit de plus en plus facile et agréable.

Je ne sais pas si en France, cela marchera mieux un jour qu'aux US.... le logiciel étant multilingue et le site arrivant dans sa version anglaise d'ici peu, je raisonne davantage à une échelle des personnes qui aiment cela, peu importe l'endroit où ils se trouvent ou la langue qu'ils parlent.

Quelque soit leur nombre, ils ont droit d'avoir un logiciel ambitieux et en perpétuelle évolution s'ils aiment ce type de loisir créatif.


Francis : Que faut-il comme compétences pour faire du scrap digital ?
Christian : Côté création, un minimum de goût pour ne pas faire des trucs immondes.
Côté informatique, savoir faire un double clique pour installer le logiciel.
Savoir lire... pour lire la doc ! Dans le cas de PhotosArtist, la doc est aussi une méthode et il faut la lire si on veut vraiment faire des trucs sympas, PhotosArtist regorgeant de subtilités tout en restant, semble-t-il, très facile. Par contre, ne pas lire la doc, c'est passer à côté de la puissance de PhotosArtist.



Francis : ChrisKatDev.com que tu as créé en 1996 a une orientation multimédia pour l'entreprise, comment s'insère PhotosArtist dans ces projets ?
Christian : CKD a été créé en 2004, même si je suis développeur (à mon compte) depuis 1996.
CKD est la société qui édite le logiciel et le site web, notre expérience des sites web et du multimédia nous a permis de le réaliser sans difficulté. PhotosArtist est porté par CKD, c'est pour nous un vrai épanouissement par rapport au travail de développement en sous-traitance (qui continue bien sûr). C'est aussi un levier de croissance même si on l'a développé par passion et avec nos tripes ;-)



Francis : As-tu beaucoup réutilisé tes développements précédents de tes logiciels pour l'industrie?
Christian : rien, juste l'expérience acquise, mais pas une ligne de code ne provient d'un autre produit. C'est d'ailleurs un peu logique vu qu'il ne ressemble à rien d'autre qu'à lui-même ;-)
En outre, le code est construit pour pouvoir être augmenté sans se retrouver coincé par un existant bloquant l'évolution. En général, nous n'avons pas ce genre de problématiques (du moins pas à ce point) dans le développement client où tout est presque toujours "jetable".



Francis : Le logiciel est traduit dans plusieurs langues, français, anglais, allemand, espagnol, portugais, as-tu utilisé les services de professionnels ou de "bonnes volontés"?
Christian: ENIM-ETUDES, c'est la junior entreprise de l'école nationale supérieure d'ingénieurs de Metz. Nous avons l'ENIM comme client depuis plusieurs années, nous leur avons fait un logiciel un peu particulier qui leur permet de mouliner des créneaux horaires pour organiser les cours... de langues ! C'est un logiciel développé en Recherche Opérationnelle assez bizarre qui a solutionné un problème qu'ils avaient entre le décalage entre les niveaux en langues et les niveaux dans le cycle d'ingénieur... aujourd'hui, ce logiciel a été augmenté et gère aussi les carnets de notes et le suivi des élèves sur plusieurs années.
Cela m'a semblé assez naturel de voir avec la junior entreprise de l'ENIM (dont plusieurs anciens officient ou ont officié en Formule 1) ce qu'ils pouvaient faire pour nous.
En outre, on parle le même langage ;-)



Francis : Quelle est la taille, en nombre de développeurs de ChrisKatDev.com
Christian : dans CKD, je suis seul, mon épouse a aussi sa société de développement; on a aussi une autre société de développement (dont je suis le PCA) qui travaille sur des problématiques particulières pour certains clients et enfin, un partenariat serré avec Nettom, en Pologne, notre partenaire et ami de toujours avec qui nous développons beaucoup de choses. Cela forme un bloc permanent d'une dizaine de personnes mais tout le monde est en télétravail. On a aussi le renfort d'amis développeurs ou chercheurs qui nous font des travaux ultra spécifiques comme Daniel Devolder qui est chercheur dans un laboratoire de l'université de Barcelone. Bref, un bon réseau d'amis qui travaillent ensemble depuis des années et qui y prennent plaisir.


Francis : Le marché est saturé de logiciels d'impression de livres photos sur le Web, comment te positionnes-tu par rapport à ceux ci ? En quoi le logiciel Photos-Artiste est il si différent des autres? En quelque mots rapides svp.
Christian : PhotosArtist peut faire des albums photo mais aussi des montages photos, du scrapbooking digital. Certains de nos clients disent que c'est la Rolls du secteur... je ne sais pas si c'est le qualitatif que j'aurais choisi, mais il est vrai que l'on a vraiment essayé de le faire le plus soigné possible, et de lui permettre de faire des tas de choses sans que cela ne se voit forcément.
Par ailleurs, nous fournissons les fichiers JPEG et PDF ce qui permet aux clients d'imprimer là où ils le veulent.



Francis : L'engagement qualité, basé sur l'écoute et le retour d'expérience des utilisateurs fait certainement partie de cette différence, penses-tu garder ce principe pendant toute la vie du logiciel ?
Christian : oui, je crois beaucoup au "développement 2.0"; je considère mes clients comme des utilisateurs. Tout est "on-demand" dans notre concept, y compris l'ordre dans lequel nous faisons évoluer le logiciel, même si tout est presque déjà écrit…


Francis : Voici des questions plus ciblées sur le produit:
Le livre photo permet de donner un sens à une suite de photographies, le scrapbooking les intègre dans un cadre agréable à faire et à regarder... Comment t'est venue l'idée d'offrir à l'utilisateur la possibilité d'adapter les couleurs du fond à celle des images, par une grande diversité d'effets mais aussi avec le mode expert pour affiner les réglages?
Christian : Concernant l'harmoniseur de couleurs :
A vrai dire, chaque fois que je buttais sur un problème d'harmonie (en tant qu'utilisateur du soft), j'ai cherché une solution qui soit automatisée pour les utilisateurs. La résolution de ce problème d'harmonie des couleurs s'est imposé naturellement puisque l'on pouvait avoir des fonds très travaillés, en couleur parfois soutenue, et il fallait éviter que les fonds "écrasent" les photos. Nous avons beaucoup cherché pour trouver une solution pour cette harmonisation de couleurs dont on sait que par définition il ne pourra pas donner satisfaction dans la totalité des situations (notamment si les photos posent déjà des problèmes d'harmonie entre elles).

Le mode simple s'est imposé de lui-même pour permettre aux utilisateurs d'utiliser des ressources préexistantes immédiatement sans avoir besoin de créer leurs propres effets.
Le mode expert permet de créer ses propres effets et de modifier localement les effets créés, c'est donc, pour des utilisateurs ayant déjà un peu pris en main le logiciel.

Il existe aussi un mode ultra-expert, mais il est pour le moment désactivé et non accessible. On se le réserve pour plus tard…


Francis : L'homogénéisation des couleurs des photos et du fond du livre est un sujet très difficile à traiter dans un livre classique, le proposer avec des objets et des formes sur les pages de fond est une gageure, quel "secret" technique utilises-tu pour régler cela ?
Christian : Je vais te répondre avec une énigme car c'est effectivement un "secret" : tu rentres dans une maison où figurent des centaines de portes avec chacune des serrures différentes et qui changent à chacune de tes visites. Si je te donne un passe partout, différent à chaque visite, qui ne fonctionne qu'avec certaines portes, disons 1 sur 100, quelle serait ta stratégie pour trouver du premier coup les quelques rares portes que peuvent être ouvertes avec ton passe-partout ?


Francis : As-tu un projet de créer un "système expert" pour faire cela automatiquement, en faisant l'analyse des clichés, taille, couleur, fond initial choisi par l'utilisateur?
Christian : bien sûr !



Francis : Par rapport au scrapbooking manuel, il manque les fonctions "ciseaux" pour découper ses photos et coller des morceaux, ainsi que les photos rondes ou aux formes quelconques. Un projet est-il en gestation pour ces fonctions ? Cela existe-t-il déjà dans d'autres logiciels ?
Christian : Nous avons une version antérieure de PhotosArtist qui fait cela. Pour le moment, c'est désactivé. Ça va revenir…



Francis : Penses-tu qu'un jour on arrivera à ajouter les possibilités de textures différentes au Scrap digital, comme dans le scrap manuel avec les collages multiples de plusieurs couches de papier/cartons/tissus? Le toucher de ces objets réels est un élément important du scrpabooking classique papier, colle et objets. Quel est ton rêve fou de développeur là-dessus ?
Christian : hum... ils étaient bons les champignons ? ;-))) [commentaire pour rigoler]
Francis: Oui je rêve souvent, même sans les champignons


Francis : En incorporant dans les albums photo des éléments décoratifs en rapport avec le sujet des photos, l'album prend une dimension vivante, et quelque part plus humaine. Comment est venue la normalisation des noms donnés à tout ces effets pour montrer une liste cohérente de noms pour plusieurs millier de possibilités ?
Christian : les noms ne sont qu'une suite de mot-clés qualifiant les objets qui se trouvent dans les ensembles scrap ou les effets; on en prend vite l'habitude. Je préférais cela à la notion de thèmes style "mariage", "naissance" etc. qui finalement sont beaucoup moins étendus et exhaustifs. On prépare aussi la suite en s'y prenant ainsi…

Francis : N'as-tu peur de perdre des utilisateurs par la trop grande quantité d'effets disponibles, et la complexité des noms. Par exemple: "Bois décoration maison objets" ou mon préféré "bois longue-vue valise voyage" pour les noms des scraps paraissent évident, mais "sprayed strokes flow" pour un des effets globaux est plus obscur et impose la connaissance de la langue anglaise.
Christian : en même temps, on s'en souvient de celui-là, non ? cela va être traduit en français... et en outre, d'autres façons de trouver le bon effet vont arriver d'ici peu et les raisons de ce choix seront plus évidentes.


Francis : Ce logiciel utilise toute la surface de l'écran et impose quasiment à l'utilisateur de s'immerger totalement dans "sa" création du livre, sans lui laisser la possibilité de répondre à ses mails ou d'aller "perdre" son temps sur la toile. N'as-tu peur de froisser certains futur clients habitués à voler d'une application à une autre? Ne risque-t-on pas une certaine addiction à ton logiciel comme avec certains jeux vidéos ?
Christian : Quand tu vas dans une salle de cinéma, la lumière reste allumée ?
Francis : OK, les téléphones portables sont coupés, on se concentre, j'ai tout compris ! Mais sur le Mac, je peux faire F3 pour m'échapper... et revenir.

Francis : Les actions se réalisent en appuyant sur de petites icônes très particulières venant du site web 'IconShock" qui ne sont pas connues du grand public, heureusement des bulles explicatives apparaissent rapidement pour donner l'information sur l'action qui sera réalisée si on clique. Pourquoi ce choix de petites icônes, les yeux de personnes âgées comme moi, risquent de ne pas distinguer une icône d'une autre.
Christian : Je veux donner le maximum de surface à la "table de montage".
Avoues qu'on les repère facilement dès qu'on les a un peu utilisé, non ?



Francis : Le SAO, le Scrap Assisté par Ordinateur, en est à ses débuts en France avec ton logiciel, penses-tu que l'avenir te donneras raison sur ces choix?
Christian : je ne suis pas devin, mais j'y mets tout mon coeur en tout cas !
Le logiciel progresse grâce aux remontées des utilisateurs. Donc, sans changer d'esprit, le logiciel sera de plus en plus collant aux désirs les plus fous de ses utilisateurs.
En outre, pour nous, il n'y a pas que la France...



Francis : deux dernière questions :
Francis : Toutes ces innovations dans le domaine du logiciel pour un livre photo "différent" risquent de faire des envieux et attiser des convoitises, comment as-tu protégé ce capital ?
Christian : L'APP, j'en suis membre depuis de nombreuses années et tous les concepts du logiciel font l'objet d'un dépôt sur la propriété intellectuelle international et enregistré par un IDDN également international. Normalement, rien dans PhotosArtist n'a le droit d'être repris par ailleurs, même partiellement ou dans un autre langage de programmation, sans violer les droits de propriétés intellectuel. Dans nos métiers de l'informatique, nous sommes ultra-protégés d'un point de vue intellectuel. C'est une protection d'une certaine façon plus puissante que les brevets…

PhotosArtist fait l'objet de dépôts successifs à l'APP, ainsi que toute la r&d qui va avec depuis 2005.

Pour ceux qui veulent des partenariats, nous sommes open.


Francis : Comment fais-tu pour passer de la créativité avec une idée par minute à la réalisation industrielle des étapes précises d'un projet, dont tu domines la structure et le délai de réalisation ? Nous avons pu en juger pour le passage de la versions 1.0.1 à celles de 1.0.2 puis 1.0.3 ?
Christian : C'est la 1.1 qui arrive…
Nota de Francis: elle est sortie le 22 Juin 2010

En fait, l'architecture du logiciel permet d'être agile sur les extensions que l'on veut y apporter. En outre, la plupart des demandes des utilisateurs sont déjà sous forme de germe dans le code, il ne suffit donc que d'arroser un peu et ça pousse. Cela va donc très vite. Il vaut mieux laisser les utilisateurs choisir l'ordre de priorité dans lequel je vais monter les tonnes de trucs que j'ai dans la tête ;-)


Francis : Merci pour la patience que tu as eu à répondre à mes questions impertinentes et indiscrètes parfois, à bientôt sur le programme de fidélité et d'améliorations du logiciel PhotosArtiste.

Pour continuer, lisez également :
- Les tests de PhotoArtist
- Conclusion
ainsi que :
- L'introduction à cet ensemble d'articles
- La présentation de PhotoArtist

Categories:

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?