Sony Alpha 33, le troisième œil

Disponible sur l'AppStore

Sony Alpha 33, le troisième œil

Page 1 sur les 3 pages de cette note  1 2 3 > 

Sony Alpha 33, le troisième œil

Comme je l’ai déjà précisé j’ai été amené à la photo par la vidéo, que j’avais alors laissée de côté pour m’investir dans l’image fixe. C'était bien avant d'écouter ou encore d'écrire pour Déclencheur sous le pseudo Lightroomreg. L’arrivée de fonctions vidéo dans les boîtiers photo aiguise à nouveau mes appétits pour l’image animée. C'est donc l'occasion rêvée pour tester différents appareils.

Après le Canon EOS 7D puis le Panasonic GH2, le Sony Alpha 33 clôt une trilogie de tests d’appareil photo-vidéo.

Chaque photographe-vidéaste a des besoins et une sensibilité spécifique. Sur Déclencheur on l'assume. Cet avis est donc subjectif et il analyse ce boîtier sous l'angle du la prise en main et de l’ergonomie essentiellement en mode vidéo.

Le bon, la brute et le truand

D’abord un bref retour sur les trois technologies de boîtiers photo/vidéo à objectifs interchangeables que l'on trouve actuellement sur le marché.

Première approche : les reflex traditionnels, comme les Sony "historiques" qui s'appuient sur une visée optique et un autofocus à contraste de phase (AF-phase pour abréger) en mode photo. Le miroir se relève en liveview, ce qui entraîne, selon les marques, une bascule vers un autofocus à détection de contraste (AF-contraste pour abréger) ou d'autres formules réputées peu performantes, notamment en vidéo. Sony a d'ailleurs fait l'impasse jusqu'ici sur la vidéo pour ses reflex traditionnels, essentiellement parce que l'autofocus n'était pas à la hauteur. Un choix tranché à l’heure de la course à la vidéo tous azimuts.

Seconde approche : les hybrides comme les Sony NEX qui mélangent les genres, tactile, disparition totale du miroir, viseur électronique, autofocus à détection de contraste en photo comme en vidéo. On n'a plus du tout affaire à des reflex puisqu’ils ne possèdent ni miroir, ni visée optique. Ces hybrides ont aussi un acronyme anglo saxon savoureux : EVIL (le mal !) pour Electronic Viewfinder Interchangeable Lens.

Les Sony Alpha 33 et Alpha 55 explorent une troisième approche que Sony désigne SLT : Single Lens Translucent (en référence aux reflex traditionnels, dit SLR – Single Lens Reflex). Un miroir semi transparent (translucent = translucide) réfléchit une fraction de la lumière vers une cellule autofocus, l'essentiel traverse le miroir pour fixer l’image sur le capteur photo. Le capteur autofocus dédié reste donc actif même en vidéo. On a ainsi à disposition la rapidité et l’efficacité d’un AF-phase en vidéo.

Comme sur les hybrides NEX, et contrairement aux reflex traditionnels on n'a plus du tout de visée optique. Bien sûr la visée optique offre la sensation sans égal de ne pas être coupé de la réalité, là où le viseur électronique nous laisse malgré tout derrière un écran. Ce dernier offre en revanche des avantages non négligeables. D’abord il est utilisable en vidéo, ce qui est très appréciable à la fois pour se stabiliser quand on filme à mains levées (œil collé au viseur), mais également en condition de faibles lumières où le viseur compense le manque de luminosité (typiquement en intérieur). Autre avantage ergonomique : une simple pression sur le bouton Fn de l’Alpha 33 donne accès à toutes les informations et réglages de prise de vue sur 2 bandes latérales du viseur, rapide et très efficace. De plus, contrairement à tous les viseurs optiques dans la même gamme de prix, voire dans la gamme supérieure, on a un affichage photo à 100%. Enfin on peut ajuster une mise au point manuelle par grossissement de l’image directement dans le viseur. Autant de fonctionnalités qu'on ne trouvera sans doute jamais en visée optique.

Il tire plus vite que son ombre ?

N’ayant plus besoin de lever le miroir entre 2 images, le système SLT de l’Alpha 33 permet d’excellentes rafales photo avec autofocus. J’avoue ne pas avoir testé, mais avec une rafale de 6 ou 7 images/seconde sur le papier, cette entrée de gamme de Sony rivalise sur ce point avec des reflex bien plus haut de gamme, comme par exemple le Canon EOS 7D, deux fois plus chers. Idéal pour un amateur débutant en photo sportive par exemple.

A noter que la portion de lumière réfléchie pour l’autofocus (de l'ordre de 1/3 de diaphragme) n’est plus disponible pour capter l’image et doit être compensée par la cellule d'exposition. Cette différence, qui paraît grande, est en pratique minime. Ainsi une photo qui serait prise au 1/125 de seconde avec un reflex classique sera prise au 1/100 de seconde avec le miroir semi-transparent (1/3 de diaphragme de différence). Si la vitesse est importante, en photo d'action par exemple, on préférera pousser la sensibilité ou on jouera sur l'ouverture mais l'impact d'un tiers de diaphragme reste faible… et est géré de façon totalement transparente par la cellule d'exposition.

Comme indiqué plus haut la techno SLT permet de conserver un AF-phase en vidéo, j’ajoute un détail capital : c'est bien un autofocus continu dont on dispose. Précision et vitesse sont déjà deux atouts bien connus de l’AF-phase face à l’AF-contraste, à nuancer par les progrès récents dans ce domaine par le Panasonic GH2 ou le Sony NEX. En revanche il est une caractéristique de l’AF-phase avec laquelle l’AF-contraste ne pourra jamais rivaliser : la capacité à pointer directement dans la bonne direction pour faire la mise au point. En effet l’AF-contraste nécessite des allers-retours autour du point pour affiner la justesse, d’où sa relative lenteur et parfois un pompage gênant. Point de cela donc sur l’Alpha 33, l’AF est très efficace et plus qu’agréable en vidéo. Il suffit de balayer une scène pour s'en rendre compte, l'accroche est nette et précise.

On entre de plain pied dans les promesses sous entendues par les fabricants : faire de ces nouveaux appareils à objectifs interchangeable des caméscopes automatiques utilisables par tous, et très qualitatifs en terme de rendu et d'image.

Page 1 sur les 3 pages de cette note  1 2 3 > 

Par Lightroomreg, le Mercredi 16 Mars 2011
Dans : La photo | Boîtier | Photo et video

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.