Une photo, d’abord ça se trouve et ensuite ça se fait…

Disponible sur l'AppStore

Une photo, d’abord ça se trouve et ensuite ça se fait…

Page 1 sur les 2 pages de cette note  1 2 > 

Une photo, d’abord ça se trouve et ensuite ça se fait…

Le maître : vous avez apporté des appareils photo, parfait, et maintenant ?
Johanne : ben on fait des photos !
Anne : oui mais de quoi ? Une photo d’abord ça se trouve, et ensuite ça se fait…
Johanne : ah non, moi j’fais comme ça, ce qui m’plait.
Anne : et ben si ça te plait c’est que t’as d’abord choisi avant de faire la photo !

Première séance du projet photo, et ça démarre pas mal ! Cette année j’ai choisi une approche différente de l’an passé : faire entrer les élèves en projet par la pratique directe, libre et concrète. Ils vont se jeter à l’eau en pratiquant des thèmes photo sous forme de chasse à l’image, de quête photographique.

Sujets envisagés : couleurs, lignes et structures, matières, reflets, ombre et lumière… Autant d’occasions d’exercer leur regard, de favoriser l’expression et la création.

La petite cuisine

Pour ce qui est de la petite cuisine enseignante (puisqu’on me pose parfois la question), voici comment j’ai procédé pour ces séances. Les deux classes participantes (mon CM2 et le cours double CM1-CM2 de ma collègue, soit une quarantaine d’élèves en tout) sont divisées en 3 groupes de 12 à 15 élèves. Un après-midi par semaine les élèves tournent sur 3 ateliers dans des salles spécialisées contiguës. Ma collègue de CM1-CM2 travaille avec un groupe en salle d’arts plastiques, directement en lien avec le projet photo (j’en reparlerai dans une future note). Le second groupe est en bibliothèque avec notre assistante de vie scolaire. Enfin je gère le troisième groupe pour la pratique photo, en salle informatique. Les élèves changent d’atelier au bout de 40-45 minutes.

Pour la partie photo le déroulement type d’une séance « quête photo » est le suivant :

  • au début de la séance on se retrouve en groupe (12-15) pour faire le point, relancer le thème en cours, visionner quelques-unes de leurs images préférées, ou lancer un nouveau thème
  • le gros de la séance consiste à les laisser parcourir l’école pour faire les photos des thèmes choisis. Le complexe scolaire étant assez vaste, il y déjà de quoi faire pour commencer : 2 grands bâtiments, plusieurs cours différentes, de la verdure et des jardinets, 2 grands préaux, un city–stade… La quête d’images se fait en équipes réduites et autonomes de 2 à 4 élèves (libre et variable selon le nombre d’appareils disponibles). Je circule à travers les équipes, pour vérifier le bon déroulement des opérations, aider ou relancer, repérer les forces et faiblesses de chacun.
    Chaque équipe peut revenir à tout moment en salle informatique, là nous sauvegardons, visionnons et trions leurs images dans Lightroom (sans qui rien ne serait possible, c’est si rapide et efficace !)
  • La dernière partie de séance comporte un visionnage de quelques images de chaque équipe. L’occasion d’une critique constructive entre pairs, d’un bilan et d’une institutionnalisation sur les connaissances/compétences nouvellement découvertes.

« Purée, pour trouver une bonne photo faut ouvrir l’œil !»

Une fois les thèmes choisis (au départ imposés par moi, ensuite choisis par les élèves) les équipes partent à la chasse aux images. Et voilà les photographes en herbe qui envahissent l’école, arpentent les couloirs, explorent les cours et préaux… Regards tantôt affutés, tantôt perplexes. La pêche n’est pas toujours bonne. Aux premières séances on se retrouve avec beaucoup de doublons et/ou de ratés. Les plus fréquentes erreurs techniques (essentiellement flou de bougé, mauvaise mise au point…) sont comprises et les compétences s’améliorent au bout de quelques séances pour la plupart.

« Purée, pour trouver une bonne photo faut ouvrir l’œil !» dira un élève. En effet, les premières photos relèvent plus de la collecte clinique de traces ou d’indices, des thèmes tels que lignes et structures, ou matière étant finalement ardus et froids au premier abord. Un des objectifs sera de tendre vers l’acte photographique réfléchi, de composer son image, d’ouvrir l’œil du photographe. Pour exemple en lançant le thème reflet beaucoup sont d’abord revenus avec de simples reflets spéculaires ou taches de lumières de peu d’intérêt.

Puis certains ont pensé aux miroirs ou nombreuses vitres de l’école. Les doublons et/ou copies entre équipes les encouragent à aller un peu au-delà des évidences et des clichés, l’émulation joue. Une fois le sujet remis sur le tapis un jour de pluie, les flaques d'eau relancent les idées…

Ces séances sont aussi l’occasion d’aborder des nombreuses notions photo et artistiques, de les pratiquer dans un ping-pong permanent théorie/pratique.

Mise au point, cadrage, point de vue… sont l’objet de toutes les attentions. Certains se montrent scolaires, d’autres intuitifs.

Maître je voudrais « faire une photo comme si on peut rentrer dedans ? » me demandera-t-on, et c’est la notion de perspective qui sera abordée…

Cette année aucun élève ne connaît le nom « déclencheur », ces séances sont aussi l’occasion de mettre des mots sur les choses… Difficile de retracer clairement ce type de séances où on bascule régulièrement de formel à informel, de collectif à individuel, de théorique à pratique…

Page 1 sur les 2 pages de cette note  1 2 > 

Par Lightroomreg, le Mercredi 25 Mai 2011
Dans : La photo | La photo au CM2

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

La méthode de "la main à la pâte" est la meilleure. Il faut d'abord découvrir le domaine, provoquer ainsi les questions,. Elles i amèneront des réponses de ceux qui savent. Les échanges entre les élèves de différents niveaux sera aussi un bon moyen d'apprendre à communiquer simplement en mode réseau sans hiérarchie.
L'acte créateur est plus important que celui d'emmagasiner des connaissances. Appuyer sur le déclencheur pour capter un instant est plus important que de connaitre le nom du bouton.
Superbe!
Francis
Par courtox le Jeudi 26 Mai 2011 at 12:09 APRES MIDI
Totalement d'accord.
Merci !
Et à très bientôt sur Déclencheur wink
Par Lightroomreg le Samedi 28 Mai 2011 at 08:13 APRES MIDI
Votre "expérience" m'a beaucoup intéressé. Je suis enseignant retraité et photographe amateur. Je suis aussi "papi" et je vais me servir de vos idées pour essayer de sensibiliser mes petites filles (9 ans et 5 ans) à la photographie.
Par Delmotte Marc le Vendredi 3 Juin 2011 at 08:18 MATIN
Merci à vous, votre commentaire me fait doublement plaisir compte tenu de votre double casquette d'enseignant et de papi. N'hésitez pas à donner des retours, ça sera enrichissant.
Par Lightroomreg le Vendredi 3 Juin 2011 at 08:58 APRES MIDI
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.