Pédagogie : se faire plaisir, mais pas trop…

Disponible sur l'AppStore

Pédagogie : se faire plaisir, mais pas trop…

Page 1 sur les 3 pages de cette note  1 2 3 > 

Pédagogie : se faire plaisir, mais pas trop…

Si j'écoutais mes élèves je referais chaque année la même chose. Comme ils ont accès à ce qu'ont pratiqué les CM2 (expositions, discussions à la récré etc.), l'année suivante, lorsque les CM1 arrivent en CM2 j'ai toujours droit à «on pourra faire ceci ou cela comme vos élèves de l'année dernière… ?»

Je veux bien être ouvert, laisser une bonne place aux choix des élèves, mais pas recommencer éternellement la même chose !

Donc je cherche de nouvelles idées, des approches différentes. Non pas pour faire quelque chose d’extraordinaire ou de purement original, serait-ce possible ou même bien utile d'ailleurs ? J'essaye juste de ne pas tomber dans une routine qui m'ennuierait, ce qui se traduirait par un échange pédagogique moins intéressant pour mes élèves.

C’est en tout cas mon approche du métier : j’ai besoin de ce renouvellement pour rester en éveil, pour garder une certaine fraicheur et surtout du plaisir dans mon enseignement. Côté apprenant comme côté enseignant le plaisir est une notion essentielle, dans tout apprentissage. Et ce plaisir partagé n’arrive pas par magie, il se construit, ce qui n’exclut pas les efforts, bien au contraire.

Certes il faut se faire plaisir, mais pas trop…

Le cadre

Bien sûr il y a en premier lieu les programmes officiels à respecter. Mais autant certaines matières comme les mathématiques ou le français y sont très cadrées, autant les disciplines artistiques comme la photo y sont présentées avec bien plus de souplesse, ce qui laisse une large part d'initiative.

Il faut aussi s’adapter à la classe. S’il est évident qu’on n’enseigne pas les mêmes savoirs à des CE1 qu’à des CM2, il est tout aussi évident qu’on ne les enseigne pas de la même manière. Autre évidence : on travaille différemment à 18 qu'à 25.

Ce qui est moins évident c’est qu’on n’enseigne pas non plus la même chose de la même manière au même niveau de classe d’une année sur l’autre. Je m’explique : la vie d’un groupe est une «mécanique» complexe. Chaque année la classe est, de facto, différente : on y sent un pouls différent, des relations différentes, des orientations et sensibilités globales différentes. Pour faire un raccourci volontaire je dirais par exemple que cette année ma classe est très agitée, d’un comportement difficile, d’un niveau global faible. J’adapte donc ma façon d’enseigner, la façon d'aborder certains des enseignements pratiqués. C’est non seulement une base du métier mais aussi une liberté.

La liberté pédagogique

Une expression un peu pompeuse qui n’exprime qu’une chose : l'enseignant est libre dans le choix de ses méthodes pédagogiques (mais pas dans les contenus). C’est fondamental. Cela ouvre grand les possibilités. Ainsi par exemple je peux étudier moult choses obligatoires à travers un projet photo, même si la pratique photographique en tant que telle n’est pas inscrite aux programmes.

Mais qui dit liberté pédagogique, dit responsabilité pédagogique. C’est également essentiel : j’ai le choix d'enseigner comme je l’entends, mais je suis responsable de ma façon d’enseigner, qui se doit d’être efficace.

Page 1 sur les 3 pages de cette note  1 2 3 > 

Par Lightroomreg, le Mercredi 7 Juillet 2010
Dans : La photo | La photo au CM2

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Passionnant. C'est peut-être un peu HS par rapport à déclencheur en général, mais ça me plait. Je ne connais pas grand-chose à la pédagogie ni aux enfants (pourtant, j'en était un il n'y a pas bien longtemps) et c'est très sympa d'apprendre un peu à propos de tout ça.
Par Lark le Mardi 13 Juillet 2010 at 04:44 MATIN
Merci pour ce commentaire, je suis (très) content que ça vous plaise.
Pas si HS que ça quand même!!
Par Lightroomreg le Mardi 13 Juillet 2010 at 01:20 APRES MIDI
Perso, cette année, je me suis lancé dans la création d'un film d'animation avec mes CE1-CE2... Passionnant ! Mais à reprendre et à améliorer. Donc, contrairement à toi, je me relance dans un projet semblable l'année prochaine si je peux mais en modifiant pas mal les "qui fait quoi" lol
Par wompat le Dimanche 18 Juillet 2010 at 10:22 MATIN
@wompat
C’est drôle de parler de ça parce que c’est par ce biais, la vidéo d'animation, que j’ai commencé la photo avec mes élèves. Avant de faire de la photo je faisais de la vidéo avec les gamins, de la vidéo “traditionnelle”.
Un jour j’ai eu l’occasion de faire un stage film d’animation d’une semaine avec des professionnels (via l’éducation nationale, mais pendant les vacances scolaires et payé en partie de ma poche, pas très cher cependant).
J’ai fait ça deux ans avec mes élèves (en pâte à modeler et papiers découpés) et puis ce travail image par image m’a donné le goût de la photo, que je ne pratiquais pas vraiment avant ça.
Pour en revenir à ton commentaire je reprends forcément une partie du projet d’une année sur l’autre. Ne serait-ce que la partie théorique qu’on ne réinvente pas. Bien entendu il y a toujours des choses à améliorer, toujours!
Ce dont je parlais surtout dans l’article c’est de changer la création finale, c’est toujours de la photo mais les thèmes et approches sont différents, tout comme toi je suppose.
Par Lightroomreg le Mardi 20 Juillet 2010 at 12:13 MATIN
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.