Nikon D700 : retour vers le futur ?

Disponible sur l'AppStore

Nikon D700 : retour vers le futur ?

Nikon D700 : retour vers le futur ?

Dans une chronique consacrée au Nikon D700, Mike Johnston articule avec clarté sa réaction ambivalente, que je partage largement, suite à l'annonce du Nikon D700, le premier reflex expert doté d'un capteur FX chez Nikon.

Il faut d'abord préciser que le Nikon D700 est un sommet technologique qui intègre le même capteur ultra sensible (6400 ISO !) que le Nikon D3, un système anti-poussière, le nouvel autofocus à 51 collimateurs, un LiveView, l'Active D-Lighting et d'autres fonctions habituelles chez Nikon comme la mesure matricielle de lumière ou la gestion multi-flash CLS. Le tout dans un boîtier plutôt compact (un très bon point selon moi, outre le prix je ne peux m'imaginer traînant un D3) pour un reflex pro et proposé à un prix que beaucoup aurait cru impossible il y a peu... ce qui est le signe d'une bonne maîtrise des processus industriels. Un boîtier attirant donc.

Mais ambivalence parce que, par ailleurs, le retour au format 35mm nous replonge dans les années 20 quand Oskar Barnack eut l'idée d'utiliser du film de cinéma en photo (et si on parle des premiers prototypes, c'était il y a plus d'un siècle). Quant à la monture F, elle date des années 60 (1959 si vous êtes pinailleur).

Je ne peux m'empêcher de noter que l'évolution des boîtiers numériques nous ramène vers... le reflex 35mm. Et je n'arrive pas à me convaincre qu'un design qui a entre 50 et 100 ans (selon qu'on regarde la monture ou le film) est toujours la meilleure base pour un marché qui, par ailleurs, s'est complètement ré-inventé. On ne capture plus et on ne consomme plus la photo aujourd'hui comme à l'époque.

Les mérites du D700 sont réels (et la stratégie payante), le boîtier apparaît séduisant et je me réjouis de voir Nikon sortir un si bel objet mais, par ailleurs, la question que je ne peux m'empêcher de me poser est de savoir si Nikon y a concentré tout son savoir-faire en matière d'appareils photo ou, d'une manière beaucoup plus restrictive, tout son savoir-faire en matière de reflex ?

Pour poser la même question autrement, que font les ingénieurs qui inventèrent le Coolpix 900, ce modèle bi-corps ? Je n'ai jamais entendu que des louanges pour l'ergonomie hors norme mais tellement pratique des Coolpix bi-corps (surtout le 950). A l'époque où le D1 n'était accessible qu'aux plus fortunés, la gamme des Coolpix 9xx proposait une offre haut de gamme qui n'avait pas peur de réinventer l'appareil photo autour d'un design original et qui tirait pleinement parti des spécificités du numérique. Certes ces appareils avaient des défauts majeurs (lenteur, pas de RAW, bruit présent, gestion du flash limitée, ouverture glissante de l'optique) mais ces défauts on pourrait aujourd'hui les lever facilement. Alors où est le successeur ? Sur quel projet travaillent ces ingénieurs ?

Qu'est-ce qui nous pousse, à l'heure où la photo est en plein bouleversement, vers un design vieux de près d'un siècle ? Est-ce le marché qui est conservateur ou les fabricants ? Voilà quelques-unes des questions que, par-delà l'intérêt que je porte au nouveau reflex Nikon, le D700 m'amène à me poser.

Photo : Copyright, Eugene Ilchenko, certains droits réservés.

Par Benoît Marchal, le Jeudi 10 Juillet 2008
Dans : La photo

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Salut Benoît,

Si j'ai bien compris le sens de ton carnet, tu t'interroges sur la direction que prennent les "grands" de la photo : pourquoi un D700, reposant sur des acquis vieux de presque 60 ans ?

Ou plus exactement, pourquoi revenir à des capteurs de 35mm, dimension empruntée même au cinéma ?

Je pense pour ma part que, Nikon, en revenant à ce format, ne fait que répondre à la demande que formule les amateurs avertis et semi-pros utilisant déjà des reflex numériques, et nés avec la pelloche dans la poche smile

J'ai un peu moins de 30 ans, et j'ai donc connu quand j'étais "petit" la pellicule, mais je ne me suis interessé réellement à la photo qu'il y a tout juste un an... Je n'ai donc que très peu connu, ou plutôt de loin, le 35mm avec les reflex et autres matériels de l'epoque...

Je suis par contre avide d'informations, et j'ai cru comprendre qu'a optique équivalente, la profondeur de champ est proportionnellement inverse à la taille du capteur, soit en bon français: plus le capteur est grand, plus la profondeur de champ est courte...

Peut etre que cela répond à ton interrogation, peut etre que non...
En effet, pourquoi revenir au 35mm ? Pourquoi pas un capteur carré, de 36x36 par exemple ?
Pourquoi se raccrocher à des standards vieux de 60 ans et plus !?
Maintenant que j'y pense, un capteur carré me conviendrait encore plus que le classique 2/3 !!
On pourrait ensuite laisser libre cours à son imagination pour recadrer comme bon nous semble, au format qui nous convient... Et plus besoin de jouer des coudes et des poignées pour mettre tantot son appareil à l'horizontal, tantot à la verticale !

Pour conclure, je pense en fait que les consommateurs, dans leur ensemble, sont assez réfractaires au changement, et qu'ils sont rassurés par les "standards" annoncés par les constructeurs. C'est donc selon moi le choix de ne pas prendre de risque qu'a fait Nikon en décidant de rester accroché à ses standard.
Par Ludovic le Vendredi 11 Juillet 2008 at 09:26 MATIN
L'exemple que tu prends, Ludovic, est très pertinent.
En pellicule, 24mm de haut c'est pour bénéficier d'économie d'échelle avec le film cinématographique... mais pour un capteur le format carré à beaucoup d'avantages : plus besoin d'une poignée avec report du déclencheur, utilisation optimale du cercle de l'objectif, etc.
C'est très conservateur la démarche.
Par Benoît Marchal le Vendredi 11 Juillet 2008 at 12:09 APRES MIDI
Bonsoir,
Je pensais que cet article allait déclencher les passions.
Je suis de l'avis de Benoît Marchal. Pourquoi utiliser un format inventé presque par hasard. On n'a pas de contrainte comme O. Barnak qui voulait utiliser la pellicule 35mm. D'ailleurs le format 2/3 est "bizarre" à l'époque du 16/9....
Le format APS a un gigantesque avantage dans la conception et surtout le prix des optiques voire les viseurs. Le prix des appareils photo ne risque pas de baisser avec ce genre de course au grand format. Le numérique reste hors de prix et devient tellement vite obsolète.
A moins que les Dinosaures soient remplacé par de nouvelles espèces (Sony qui absorbe.., comment s'appelait-il déjà ? Samsung qui fournit un capteur à Pentax et qui commercialise des reflex sous son nom).
A la vitesse à laquelle vont les ingénieurs la définition et la qualité augmenterons encore.
Laissons les nostalgiques du 24*36 à leur fantasmes. La comparaison avec le Leica est-elle encore d'actualité. Les spécialistes photographient-ils des mires ? ou font-ils de la photo.
On a connu le débat vinyle / CD pour aboutir à ce triste son du MP3. Nous on à le Jpeg. Si on passait un peu de temps à éduquer l'œil de nos proches (à commencer par nos enfants) pour leur montrer que la qualité est le produit final.
A quoi bon un capteur avec 100 000 000 de pixel pour en faire du Jpeg ou de la presse mal imprimée.
Le format dit FX remplacera le moyen format. Au fait le 6*6 était carré.
Vive le numérique en petit format.
Par gwinru le Lundi 14 Juillet 2008 at 08:28 APRES MIDI
Attention, si le format APS offre pas mal d'avantage en terme de coût ou de fabrication les différences ne s'arrêtent pas là.
En effet avec le format dit "FX" on a également l'avantage de la possibilité d'une profondeur de champs inférieure. On a déjà discuté de cet aspect avec Benoît, pour lui une telle profondeur de champs n'a que peu d'intérêt puisqu'il estime en avoir rarement besoin et à l'époque je lui avait répondu qu'avant de pratiquer le moyen format en argentique, j'aurais sans doute répondu la même chose, mais voilà quand on s'y frotte on découvre un tel monde de possibilités ...

Donc je ne pense pas qu'il faille diaboliser le format 35mm, ni qu'il faille diaboliser l'APS non plus d'ailleurs. Pour moi il est interessant d'avoir une grande variété de format de capteurs disponibles et de pouvoir faire son choix, je suis également convaincu qu'un format carré serait (en tout cas à mon goût) l'idéal. Quand à la taille du capteur, ben pour moi ça serait quand même des formats proche ou supérieur au 35mm (je parle là des dimensions ... un 40X40 par exemple wink ) pour ces questions de profondeur de champs.

Je souscris totalement par contre à la question du design : pourquoi se limiter à ceux des reflex ou des compact que l'on connait actuellement ?
La visée type TLR (rolleiflex par exemple) est particulièrement agréable et pourrait s'adapter sans soucis au numérique (et je connais plusieurs personnes qui se jeteraient sur un tel design...). et il y a certainement moyen d'inventer de nouvelles manières de viser et outre le coolpix bi-corps, il y avait aussi il y a quelques temps un bridge sony qui innovait sur le sujet. Je pense pour ma part qu'il s'agit à la fois de frilosité des fabricant et de conservatisme des utilisateurs : un modèle au design et à l'ergonomie originale, quelque soient ses qualités, demandera du temps pour s'imposer et aujourd'hui les evolutions sont tellement rapides qu'il est difficile pour une marque d'envisager de donner du temps à un produit : rendez vous compte des appareils de moins de deux ans sont déjà jugés dépassés !

Autre chose : le Leica, si il est bien au format 35 mm n'a pas grand chose à voir avec un reflex : c'est un appareil télémétrique, donc sans miroir et beaucoup plus compact qu'un reflex, il n'a d'ailleurs pas vocation à être utilisé de la même manière... et il s'agit ici aussi d'un design en voix de disparition, quoique les compacts experts type Sigma DP1 et Ricoh GRD n'en seraient ils pas les héritiers (même si il leurs manque les objectifs interchangeables) ?
Par Baptiste le Mercredi 16 Juillet 2008 at 11:05 MATIN
Je ne voulais pas limiter la discussion au format de capteur. De plus, comme tu le notes Baptiste, si on veut parler de format il peut être avantageux d'être plus grand encore !
Non, c'est bien l'espèce de pensée unique qui veut que tous les modèles sortent du même moule qui me gêne. Il suffit de regarder la variété des modèles d'antan... tant sur les formats de pellicule que sur les types de boîtier pour se rendre compte que, alors qu'on est une période de grande créativité, on la bride parce qu'on veut faire vivre un design conservateur.
S'il n'y a rien de mal (que du contraire) à avoir un reflex 35mm numérique, il est dommage qu'il n'y ait pas d'autres choix ! C'est la pensée unique que je déplore, pas l'appareil technique comme le D700.

PS : j'ai une réaction sur la profondeur de champs. Tu sur-simplifies mes explications. J'en ferai une note.
Par Benoît Marchal le Mercredi 16 Juillet 2008 at 03:42 APRES MIDI
Page 1 sur les 3 pages de commentaires 1 2 3 > 
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.