Lumix G1 : c’est du lard ou du cochon ?

Disponible sur l'AppStore

Lumix G1 : c’est du lard ou du cochon ?

Lumix G1 : c’est du lard ou du cochon ?

Conférence de presse Panasonic ce mardi matin pour présenter le Lumix G1 (ainsi qu'un magnéto numérique). Le Lumix G1 est le premier boîtier au format Micro 4/3. Si vous suivez l'actualité photo, il n'y avait rien de neuf à apprendre lors de cette conférence mais j'étais curieux de poser une question (j'y reviens) à l'équipe de Panasonic. Autour de moi l'essentiel des discussions portaient sur le classement de l'appareil : est-ce un réflex, un bridge, un compact ou une espèce de M ? (mise à jour : Lumix GH1)

Si je me base sur ces réactions, le message de Panasonic, à savoir qu'il s'agit d'une nouvelle classe entre compacts et reflex ne passe pas. A cela deux raisons : d'abord le scepticisme naturel, on nous a tellement servi du produit révolutionnaire qu'on n'y croit plus mais aussi, et surtout, parce que Panasonic en habillant le concept d'un boîtier ultra-conservateur a tiré une grosse balle dans le pied du Micro 4/3 (mise à jour, Lumix G1 et le piège du blog).

A propos, c'était ma question et la réponse est qu'ils l'ont fait exprès. Le discours classique sur ne pas casser les normes, rassurer, ne pas surprendre, etc. (mise à jour, réflexions sur l'ergonomie).

En pratique le seul signe visible d'innovation c'est la couleur puisque le boîtier est disponible en rouge et en bleu en plus du noir. Par contre, ne vous laissez pas tromper par les affiches : le G1 n'est pas significativement plus petit qu'un reflex entrée de gamme.

C'est d'autant plus dommage que le concept sous-jacent lui casse la baraque (mise à jour, voir un exemple pratique en presse) et, en première analyse (je n'ai eu le boîtier en main que quelques minutes, trop peu pour un jugement définitif) le fait avec énormement d'inteligence. En effet, selon Panasonic, le reflex n'est plus aujourd'hui la base idéale pour un système photographique amateur (celui qui aime). Ils ont une belle étude pour expliquer cela, je vous renvoie chez eux pour les détails et ça rejoint des réflexions déjà anciennes sur Déclencheur. Notez qu'on parle bien de systèmes grand public donc oublions notre fantasme du M.

Plus intéressant, Panasonic veut élaborer son nouveau système autour du LiveView qui est, selon moi, la principale avancée ergonomique de ces dernières années. Cela promet diverses assistances comme l'autofocus à détection de visage ou, une idée qui m'a bluffé lors de la démo, la prévisualisation de la correction de l'exposition. L'écran s'assombrit ou s'éclaircit pour juger sur place de la correction. C'est l'exemple d'une fonctionnalité simple mais qui aidera le public cible à appréhender les concepts photographiques.

Je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas pour moi de nier les qualités évidentes de la visée reflex. Elle a des qualités bien connues mais elle a aussi des défauts que, la force de l'habitude aidant, on a tendance à oublier. Le LiveView a d'autres qualités et d'autres défauts. Comme toujours, il appartiendra à chacun de faire son choix, en fonction de ses goûts, ses habitudes et de ses besoins.

Et le Lumix G1 dans tout ça ? Malheureusement, si le concept du Micro 4/3 était enthousiasmant (un peu moins depuis la sortie du G1), la mise en oeuvre se fond tellement dans le moule du reflex que l'on ne peut s'empêcher de se demander : c'est du lard ou du cochon ?

Le paradoxe est là : pour élaborer un système solide, Panasonic a fait de son G1 un concentré de haute technologie, avec notamment un autofocus à détection de contraste ultra-rapide (un exploit, écoutez l'épisode sur l'autofocus pour le comprendre). Mais l'appareil cache tellement bien ses atouts qu'il fait douter.

Revenons un instant sur le viseur, il s'agit bien entendu d'un viseur électronique, il est ultra-sophistiqué, dérivé des caméras professionnelles du fabricant et, ma foi, pas ridicule mais la vraie question est ailleurs : qui utilise un viseur en LiveView ?

D'ailleurs pendant la conférence de presse, hormis un coup d'oeil pour se convaincre que ce n'est pas un reflex, tout le monde visait à bout de bras. L'écran arrière, soit dit en passant, n'a lui rien de révolutionnaire et n'est pas ce qui se fait de mieux. Il y a clairement un problème de priorités.

Autre anomalie : à bout de bras, l'appareil est déséquilibré par l'objectif. On l'accepte d'un reflex où ce geste est rare mais c'est une faute pour un système LiveView !

On peut aimer ou détester le LiveView mais là n'est pas le propos. Le propos est que si le concept peut convaincre, l'appareil lui est incohérent. Je pourrais continuer les exemples (où est la vidéo ?) mais à quoi bon. Vous l'aurez compris, mon enthousiasme pour le concept est retombé à la vue du Lumix G1. Ce qui est dommage parce qu'on n'a qu'une seule occasion de faire une bonne première impression.

Pour être clair, ce n'est pas le fait que le viseur soit électronique qui me désole. Ce viseur électronique est impressionnant et, de ce que j'ai pû en juger, il n'est pas très en retrait par rapport au viseur d'un reflex entrée de gamme (un reflex expert, ça n'a rien à voir). Non c'est bien la présence même d'un viseur, avec tous les compromis que cela entraîne en taille (malgré le capteur 4/3, l'appareil n'est pas vraiment plus petit qu'un reflex entrée de gamme), poids, prix et tenue en main qui me semble totalement incohérente sur un boîtier LiveView et, surtout, pour le public ciblé.

Ce sont justement ces incohérences qui amènent les questions comme bridge ou reflex ? Détail révélateur, pour y répondre Luc s'appuie sur un autre produit radical, l'iPhone. Et pourtant, Jonathan Ive lui n'a pas fait dans son froc pour hésité à mettre en avant, dans la forme même de l'iPhone, l'innovation produit.

L'iPhone est un produit charnière avec une nouvelle interface homme/machine, une révolution qu'on n'a plus vue depuis l'arrivée du Macintosh en 1984. Et comment communiquer cette révolution ? En laissant tomber le clavier. L'iPhone est le premier téléphone sans clavier. En omettant le clavier sur l'iPhone, Apple clame haut et fort sa confiance dans ses innovations (lire aussi la vache pourpre).

Par contraste, en introduisant un viseur sur le G1, en calant l'apparence sur un reflex, en négligeant le poids et la taille, j'ai l'impression que Panasonic traduit sa nervosité (mise à jour, Lumix G1, le pari).

Bref je reviens de la conférence en oscillant entre enthousiasme, incrédulité et déception. L'avenir sera intéressant.

Par Benoît Marchal, le Jeudi 2 Octobre 2008
Dans : La photo | Boîtier | Micro 4/3 et cie

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Bonjour,

Une chose m'interpelle dans votre article... Si, lors de la présentation du G1, les gens utilisaient principalement l'écran pour viser, c'est qu'ils n'ont pas saisi l'intérêt de cet EVF !
S'il est aussi bien défini, c'est pour l'utiliser pour la visée ; l'écran ne servant alors plus qu'à la visualisation des photos et à la prise de vue "décalée" (ras du sol, en l'air, etc.).
En tout cas, pour moi qui possède un bridge avec un très bon EVF et un écran très moyen, c'est ainsi que je procède.
Et du coup, ça annule le problème de tenue de l'appareil à bout de bras qui doit être, j'en convient, une horreur avec le 45-200mm !

Pour le manque de la vidéo, Luc a très bien expliqué qu'il fallait attendre le successeur du G1 puisque la techno n'est pas encore parfaitement au point.

Reste le problème de la taille qui, pour certains est trop importante (ne rentre pas dans la poche, même avec un pancake) ou trop petite (prise en main difficile avec de grosses paluches). Et, oui, je parle bien de la taille du G1... :D
A moins de faire 2 appareils, il était impossible de satisfaire tout le monde !
Par Grand-Pa le Jeudi 2 Octobre 2008 at 03:10 APRES MIDI
Certes, mais la conférence de presse aurait eu lieu à l'extérieur, en plein soleil, tout le monde aurait utilisé le viseur...
Par thirius le Jeudi 2 Octobre 2008 at 04:52 APRES MIDI
Tiens c'est amusant mais personnelement je me fous de la qualité de l'écran pour viser et de la possibilité de viser avec.

Je pense que l'on s'eloigne de la photo en visant à bout de bras, tout simplement parcequ'on n'est pas dans le confinement du cadre généré par un viseur, on est plus au coeur de l'action et de la photo.

L'écran n'est pour moi intéressant que pour l'histogramme.

J'attends avec impatience le jour où un constructeur sortira un appareil numérique absolument sans écran. Sans écran pour revenir à la réflexion photographique, au stress de la réussite ou de l'erreur, aux questions que l'on se pose avant le développement des photos... Et a l'arrêt du shoot idiot à faire 15 photos d'un sujet jusqu'à trouver la bonne.
Par Orni le Jeudi 2 Octobre 2008 at 05:00 APRES MIDI
Je crains, en lisant vos commentaires, que je ne sois pas arrivé à rendre mon propos aussi clair que je ne le souhaitais.
Comme je l'explique je me fous de la qualité du viseur, de savoir si on s'en sert ou pas... je note simplement que Panasonic, en introduisant un viseur sur le premier modèle Micro 4/3, à raté l'occasion de communiquer de façon forte sur la spécificité de son produit.

Relisez la comparaison avec l'iPhone.
Par Benoît Marchal le Jeudi 2 Octobre 2008 at 05:11 APRES MIDI
[HS]
[ citation de ornis]
J'attends avec impatience le jour où un constructeur sortira un appareil numérique absolument sans écran. Sans écran pour revenir à la réflexion photographique, au stress de la réussite ou de l'erreur, aux questions que l'on se pose avant le développement des photos... Et a l'arrêt du shoot idiot à faire 15 photos d'un sujet jusqu'à trouver la bonne.
[Fin de citation]
ben tu seras certainnement le seul à l'attendre. Il est vrai que, du fait du numérique la tendance à multiplier le nombre de photo d'un même sujet "pour être sur d'en avoir une bien" a augmenté, mais je prends ça pour un progrés. Pourquoi se priver d'avoir l'oncle "durand" qui a les yeux ouvert sur la 13 éme photo. Pourquoi se priver de tirer de bonne photo d'un événement.. L'esprit de la photo a évolué avec le numérique et la facilité, mais il en faut pour tout le monde. Tout à chacun n'a pas la volonté/la connaissance nécessaire pour se faire ch*er à prendre en compte la profondeur de champs/l'ouverture et Cie quand il appuie sur le déclencheur.

Si tel est ton sentiment.... pourquoi être passé au numérique ? [Fin du HS]

Pour en revenir au sujet, je comprends bien ta "déception" . Il est vrai que pana anonçant un nouveau concept aurait du avoir le cran d'aller jusqu'au bout. Finalement le G1 c'est "un nouveau produit dans un ancien emballage"... Ils veulent certainnement voir comment se comportera la clientéle.. à suivre.
Par chani le Vendredi 3 Octobre 2008 at 05:29 APRES MIDI
Page 1 sur les 2 pages de commentaires 1 2 > 
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.