Le papier c’est pas le pied

Disponible sur l'AppStore

Le papier c’est pas le pied

Le papier c’est pas le pied

J'ai vécu une drôle d'expérience cette semaine. Alors que je lis (énormément) en numérique depuis 3 ans, j'ai repris un livre papier. Le choc a été rude.

En reprenant un livre papier cette semaine, je me demande comment j'ai pu, à un moment, m'émerveiller devant le papier. Il y a une dizaine d'années j'ai travaillé pour un des tous premiers éditeurs numériques et à l'époque je ne cachais pas mon scepticisme sur l'état de la lecture numérique.

Les temps ont bien changé.

Et donc cette semaine j'ai voulu lire un livre papier. A l'ancienne. Le titre est un peu ancien, l'éditeur ne cherche pas à soigner ses lecteurs ou à pousser ses ventes et, un peu bêtement, il n'en offre pas une version électronique. En général ce n'est pas très grave : il y a tellement de livres que je souhaite lire que je substitue simplement un autre titre électronique au bouquin papier. Exceptionnellement cette semaine je voulais vraiment lire ce titre.

"Pas grave," me suis-je dit, "c'est un petit livre, il ne sera pas beaucoup plus encombrant que le Kindle."

Et il ne l'était pas mais que la lecture a été… désagréable serait sans doute un mot un peu fort mais disons peu agréable. Je pensais lire dans le train et, premier problème, j'avais oublié combien il faut emporter d'accessoires pour lire sur papier.

En effet je n'avais pas de crayon donc impossible d'annoter ma lecture. Ensuite, comme je découvrais un sujet nouveau, je suis tombé sur des mots nouveaux… et j'ai eu beau, par réflexe, poser le doigt sur la page, le dictionnaire ne s'est jamais ouvert. Heureusement j'avais mon Kindle et son dictionnaire.

Je me suis souvenu que, du temps des livres papier, j'avais l'habitude de noter les mots "à chercher" sur le revers de couverture (ce qui n'aurait pas été possible, je n'avais pas de crayon). Bon dieu, les temps changent.

Mais le plus énervant… arrivé à destination j'ai réalisé que je n'avais pas de marque-page. On peut écorner une page mais la pratique m'a toujours fait frémir.

Et, enfin, en parcourant la bibliographie, je souhaitais compléter ma lecture d'un autre ouvrage du même éditeur… D'habitude il suffit de 60 secondes pour acheter un livre et commencer à le lire (c'est pour ça qu'on lit tant en numérique). Ici il m'aurait fallu le commander, attendre la livraison. J'ai renoncé et j'ai googlé quelques réponses sur des blogs.

Dernier inconvénient… je parle du sujet avec Pascale qui me demande une information venue de ce livre. Ah, il faut le retrouver. Je sais toujours où est mon Kindle et donc toute ma bibliothèque mais un livre papier… où l'ai-je mis ? Oui je ne suis pas le garçon le plus organisé mais le service c'est justement de s'adapter au lecteur, pas l'inverse.

On me dira sans doute qu'il ne s'agit là que de détails. Plus amusant, on me dira peut-être que l'extraordinaire confort de la lecture sur Kindle m'a rendu exigeant… oui, sans doute. Mais pourquoi se contenter de moins quand on peut avoir mieux au même prix (voire moins cher quand, comme moi, on lit surtout en anglais où les éditeurs ont compris que leurs intérêts rejoignent le plaisir des lecteurs) ?

Mais cette expérience a surtout conforté un constat et c'est pour ça que je souhaitais la partager : la lecture numérique est idéale pour les lecteurs. Les progrès ont été spectaculaires en quelques années seulement. Il y a seulement 10 ans, je pensais qu'il faudrait une technologie extraordinaire pour démoder le papier… et bien cette technologie extraordinaire nous y avons accès aujourd'hui.

Oui vraiment, ce retour en arrière me rappelle pourquoi j'achetais (et je lisais) deux à trois fois moins de livres au temps du papier.

Photo : copyright 2009, Peter Zelei

Par Benoît Marchal, le Dimanche 12 Août 2012
Dans : Vu, lu, entendu | Amazon Kindle

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Je me suis permis de discourir sur votre article, en le citant, et en donnant un lien, bien entendu. J'en ai aimé le ton vivant et quelques arguments intéressants. Vous pourrez lire mes réflexions à cette adresse.

http://www.lettropolis.fr/Blog/2012/11/22/le-papier-decoit-un-lecteur-de-numerique/

Merci de participer à une réflexion élaborée.
Par Pierre-François Ghisoni le Jeudi 22 Novembre 2012 at 04:27 APRES MIDI
Faux débat typique de cette tendance à produire des mots qui sévit sur le net .

Sinon les documents informatisés sont à peu près fiables dans la mesure ou ils ne sont pas sur des machines connectées au net car alors on est dans le domaine du faux et de la réédition potentielle à tout instant.
Quand j'achète mon canard le matin ce qui y est écrit l'est définitivement je pourrais même le brandir devant un juge .
Alors qu'un article sur internet est fugace, à peine l'a ton lu que son auteur peut fort bien le remanier le modifier en changer le sens
D'un magnifique outil d'information on fait ainsi un outil de l"éphémère ou de sinistre communication .

J'utilise une tablette numérique pour des manuels des modes d'emploi des textes techniques et quelques écrits de second ordre mais en aucun cas je ne confierai ma bibliothèque et mes documents à un engin qu'on peut invalider à distance.
D'autant que j'aime à faire circuler les livres que j'ai aimé; Le resserrement de la notion de droit d'auteur auquel on assiste et qui frise la paranoïa d'ailleurs ne me fera pas changer de position sur ce droit de lecteur que j'ai de faire partager mes lectures.
Par Cocagne le Mercredi 6 Mars 2013 at 09:32 MATIN
Page 2 sur les 2 pages de commentaires < 1 2
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.