Panasonic/Leica 45mm f/2.8 macro : premier test

Disponible sur l'AppStore

Panasonic/Leica 45mm f/2.8 macro : premier test

Panasonic/Leica 45mm f/2.8 macro : premier test

Avec ce 45mm f/2.8 macro au format Micro 4/3 (Panasonic Leica DG Macro Elmarit 45mm f/2.8 ASPH Mega O.I.S. de son nom complet), Panasonic étend un peu la gamme optique du Lumix GF1. L'objectif est badgé Leica (y compris la police de caractère si caractéristique) pour marquer l'arrivée de belles optiques dans la gamme Panasonic. En pratique il complète le 20mm pancake, d'un petit télé macro (équivalent à 90mm en 24x36). Je n'ai cette optique que depuis une semaine mais vu l'intérêt qu'elle suscite et le peu d'avis disponibles en ligne, je vous livre mes premières impressions. Je compléterai sans doute cette note d'un second avis.

Avec sa gamme optique pour amateurs photo, Panasonic joue la carte de la taille et du poids. Le 45mm macro est un poil plus grand que le zoom 14-45mm et ce malgré une grande ouverture (f/2.8), la stabilisation et les capacités macro. Comparé à un 90mm classique, il est minuscule. Panasonic se concentre sur les atouts du Lumix GF1 et, même si cela entraîne certains compromis, comme nous le ferons bientôt, je crois que c'est le meilleur choix à cette étape du développement du système Micro 4/3.

Du point de vue optique, j'aurais envie d'écrire "circulez, il n'y a rien à voir." Si cela vous tente, vous lirez le test détaillé sur DPReview mais il suffit de retenir que l'objectif est bon. Il est piqué même à pleine ouverture, la distorsion et le vignettage sont quasi inexistants... bref c'est une focale fixe calculée avec l'aide d'un grand opticien, Leica en l'occurrence, pas de mauvaises surprises. Quant au bokeh, la qualité du flou d'arrière-plan, il est superbe.

La prise en main est excellente. L'objectif est suffisamment dense pour paraître solide mais sans être lourd. La main gauche se glisse naturellement sous l'objectif pour soutenir fermement l'ensemble boîtier/objectif. La stabilisation optique compense les mouvements, inévitables lorsqu'on tient un télé à bout de bras en visée LiveView. Pour une meilleure efficacité et pour le confort de visée, j'utilise le mode de stabilisation 1 c'est-à-dire la stabilisation permanente ce qui a un impact négatif sur la batterie. Notons que la présence du stabilisateur permet également au Lumix GF1 d'orienter les photos automatiquement ce qui n'était pas le cas, je l'ai déjà signalé, avec le 20mm pancake.

La bague de mise au point est large et souple, elle bénéficie d'une grande course comme il sied à un objectif macro. La bague n'agit pas directement sur les lentilles mais elle pilote l'autofocus. La sensation est particulière, cela demande un peu d'habitude mais on s'y fait. Il n'est pas possible, peut-être parce que le Lumix GF1 est un boîtier grand public, de retoucher le point réalisé par l'autofocus qu'en mise au point simple (merci à Olf, voir les commentaires).

Je me dois de souligner que, grâce à l'effet loupe, la mise au point manuelle est réellement utilisable. Ce n'est malheureusement pas le cas sur la plupart des reflex de gamme équivalente et c'est un vrai atout en macro. J'apprécie particulièrement la prévisualisation de la profondeur de champ sans assombrir le viseur (l'appareil pousse la sensibilité) qui permet des réglages fins.

Enfin, et peut-être de façon plus anecdotique, le pare-soleil livré avec l'objectif est de forme rectangulaire ce qui contribue à rappeler l'implication de Leica.

Sur le terrain, le 45mm macro porte beaucoup d'attentes. Puisqu'il est le seul télé lumineux de la gamme Panasonic, il servira tout à la fois d'objectif macro, de petit télé pour les sujets peu éloignés et d'objectif à portrait. Je n'ai réalisé que quelques essais en macro, trop peu pour me prononcer définitivement sur les qualités de l'objectif mais comme j'essayerai bientôt un kit d'éclairage macro, j'aurai alors l'occasion de juger du 45mm macro en condition. Pour l'heure, il suffit de noter qu'il permet une vraie prise de vue macro (agrandissement 1:1) et que la profondeur de champ plus élevée des Micro 4/3 est souvent un atout.

C'est dans l'utilisation comme petit télé que j'ai le plus d'expérience avec l'objectif. Il se démarque par sa toute petite taille qui permet de l'emporter sans se poser de question et, en cela, il est bien adapté au Lumix GF1. Un télé court comme celui-ci n'est pas adapté à la photo animalière ou au sport mais il complète le 20mm pancake en permettant de cadrer serré sans inconfort pour le sujet. Peu de gens apprécient en effet qu'on leur colle un appareil à quelques centimètres du visage.

Sur le terrain c'est l'ouverture qui gêne ou plutôt la différence d'ouverture avec le 20mm pancake. Dans l'absolu f/2.8 c'est lumineux mais c'est aussi une fois et demi moins lumineux que f/1.7. En basse lumière la différence est suffisante pour vous obliger à modifier vos réglages lorsque vous changez d'objectif. Ne serait-ce que par cohérence dans l'utilisation de la gamme, j'aurais apprécié une ouverture plus proche du 20mm pancake. Fort heureusement le 45mm macro est bon, même à pleine ouverture, ce qui est disponible est donc pleinement utilisable.

Dernière utilisation, un classique des objectifs macro, le portrait et c'est sans doute ici que le 45mm macro déçoit. Le problème est, une fois encore, l'ouverture. Vu la petite taille des capteurs Micro 4/3 et la conception de l'objectif, le contrôle sur la profondeur de champ est réduit or en portrait on aime flouter l'arrière-plan pour isoler le sujet. C'est possible, bien entendu, mais pas toujours suffisamment. J'ai l'habitude d'utiliser un Nikkor 70-200 f/2.8 pour le portrait et je l'ouvre habituellement à f/5.6. Subjectivement ouvert à f/2.8 le 45mm macro me donne une profondeur de champs similaire au Nikkor ouvert à f/5.6. A priori c'est donc bon mais c'est aussi limite. Avec le Nikkor, je dispose encore de deux diaphragmes de réserve, et il n'est pas rare que je m'en serve, avec le 45mm macro, je n'ai pas cette réserve.

Autre conséquence, un filtre de densité neutre pourrait se révéler indispensable pour atteindre f/2.8, et donc une faible profondeur de champs, dans certaines circonstances.

Evidemment c'est ridicule de comparer une plume de moins de 300 grammes à un monstre de près d'un kilo et demi, même si ce sont deux excellents objectifs. Mais cette comparaison, toute ridicule qu'elle soit, confirme mon opinion sur le Lumix GF1 : tant que Panasonic ne développera pas une gamme optique variée, ce n'est qu'un superbe second boîtier. Ainsi pour réaliser un portrait, j'ai un excellent reflex et les optiques qui vont avec. Le GF1 ne les a pas rendu obsolète et je continue à les utiliser. Par contre quand je ne souhaite pas, ou que je ne peux pas, transporter plus de deux kilos de matériel sur moi, le Lumix GF1 est efficace. Deux excellents appareils avec des qualités et des défauts qui se répondent c'est, en fait, l'idéal.

Je vais vous raconter une petite anectode qui montre les avantages propres à une solution légère. Pour le goûter d'anniversaire de ma fille, nous avions invité une douzaines d'enfants dans un parc d'attraction fermé. Pendant quelques courtes minutes, ma fille et une de ses meilleures amies se sont assises dans un tunnel en plexiglass pour discuter et jouer. Leurs gestuelles indiquaient qu'elles étaient "en spectacle" pour les photographier et, puis très rapidement, elles m'ont oublié. Le résultat c'est une série de photos magiques (que je ne peux pas partager pour des raisons de droit à l'image) qui témoignent de la grande complicité entre ces enfants.

Mais le tube était à 4 mètres du sol et ce n'est que grâce à la légèreté du 45mm macro et du Lumix GF1 que j'ai pu monter sur un banc et photographier le bras en extension pendant plusieurs minutes. Notons que la visée LiveView et l'autofocus à détection de visage sont précieux dans ces moments. Je sais que je n'aurais pas réalisé les mêmes images avec le reflex que j'utilise habituellement : écrasé au sol par son poids j'aurais sans doute travaillé en contre-plongée et les photos marqueraient plutôt l'isolement des enfants dans le tunnel plutôt que leur complicité.

Une fois encore, il ne s'agit pas ici de chercher un meilleur produit dans l'absolu, mais de constater qu'il y a un vrai intérêt à disposer de matériel léger mais qualitatif en complément des outils habituels du photographe amateur.

Et en vidéo ? L'autofocus et la stabilisation sont douces mais bruyantes, je ne peux que regretter l'absence de prise micro sur le Lumix GF1. Autant en photo le contrôle de la profondeur de champ paraît limitée, autant en vidéo elle est exceptionnelle quand on la compare aux caméscopes courants. A la prise de son près (mais il s'agit plus d'une limite du boîtier que de l'objectif), c'était un plaisir de filmer avec le 45mm macro.

Bref le Panasonic/Leica 45mm macro est une bonne première étape pour un système bâti autour du Lumix GF1 et son 20mm pancake. Le petit télé complète utilement l'objectif normal en permettant d'accéder à d'autres cadrages et à la macro. Rien à redire sur la qualité de fabrication mais je regrette qu'il ne soit pas plus lumineux, tout à la fois par cohérence avec le 20mm pancake et pour offrir plus de contrôle sur la profondeur de champ.

Néanmoins, outre la superbe qualité optique, les atouts majeurs du 45mm macro sont sa taille et son poids. Pour la première fois sans doute, j'ai un télé lumineux qui se glisse en poche. Et cela, ça change beaucoup de choses.

Par Benoît Marchal, le Mercredi 16 Décembre 2009
Dans : La photo | Le marché | Micro 4/3 et cie | Objectif

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Je trouve dommage qu'ils n'aient pas sorti un 50mm f/1.8 ultra compact et bon marché, comme ceux de Canon ou Nikon. Ça m'aurait semblé pertinent dans l'esprit u4/3 !

Petite coquille dans ton texte : à propos de la macro, la profondeur de champ des u4/3 est "plus élevée", et non "plus faible".
Par Pegomas le Mercredi 16 Décembre 2009 at 08:36 APRES MIDI
Coquille corrigée, merci.
Concernant la comparaison avec un 50mm, le propre d'une gamme optique étroite c'est qu'on va tous se dire "mais il n'y a pas mon objo préféré." Au risque de me répéter, c'est pour ça que c'est un excellent *second* boîtier.
Sauf à avoir la chance d'avoir de couvrir ses besoins par l'offre actuelle (c'est pas impossible, dans l'absolu), il vaut mieux avoir un autre système et utiliser celui-ci pour répondre à un autre besoin (la compacité).
Par Benoît Marchal le Mercredi 16 Décembre 2009 at 09:07 APRES MIDI
comme déjà cité un 50mm F1.8 ou pourquoi pas un F1.4 pour rêver aurait été bienvenu
un outil idéal pour le portrait
l'on peut toujours utiliser une bague adaptatrice et un 50mm d'une autre marque mais l'on perd AF
mais le 45mm F2.8 va tout de même dans le bon sens
Par chd le Mercredi 16 Décembre 2009 at 11:07 APRES MIDI
Comme déjà répondu wink la gamme optique est (très) étroite et donc forcément on veut d'autres choses mais, sur un second boîtier, ce n'est pas gênant. Au moins la gamme actuelle est cohérente.
Mais je regarde les optiques Voigtlander M ou M39 avec un peu d'envie...
Par Benoît Marchal le Jeudi 17 Décembre 2009 at 12:31 MATIN
"Il n'est pas possible, peut-être parce que le Lumix GF1 est un boîtier grand public, de retoucher le point réalisé par l'autofocus."

Il me semble qu'en sélectionnant "AF+MF" dans le menu sur le GF1 on puisse retoucher le point ..?
Par Olf le Dimanche 28 Février 2010 at 05:47 APRES MIDI
Page 1 sur les 2 pages de commentaires 1 2 > 
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.