Combien ça coûte d’imprimer un livre photo ?

Disponible sur l'AppStore

Combien ça coûte d’imprimer un livre photo ?

Combien ça coûte d’imprimer un livre photo ?

Après la remise des prix aux Photographies de l'Année, on se retrouve pour un dîner convivial. J'ai eu le plaisir d'être à la même table que la famille Escourbiac.

Les Escourbiac sont imprimeurs, partenaires des photographies de l'année, et spécialistes des livres photo et livres d'art. Ils présentaient une nouvelle offre, un livre offset de 60 pages à 19,80€ (hors TVA) par exemplaire, à partir de 100 exemplaires.

Je demande évidemment "c'est une offre d'appel ?" (sous-entendu, le tarif monte vite) Réponse : pas vraiment, c'est plutôt le contraire. Plus que d'attirer une clientèle qui cherche des petits volumes (100 exemplaires pour un imprimeur c'est un petit volume), leur but était de répondre à une question : quand est-ce que je dois appeler un imprimeur offset comme Escourbiac, par rapport à un imprimeur numérique comme iPhoto, Blurb et autres Lulu ?

Un livre de 60 pages sur iPhoto coûte 24,37€ (hors TVA). A 19,80€ l'offre d'Escourbiac est donc compétitive mais il faut en acheter 100 exemplaires… ce qui n'est pas idéal pour un album de vacances. On s'adresse plutôt aux livres d'entreprise ou aux monographies à vocation locale.

Pour être honnête, il faudra comparer la qualité puisque, à priori, un tirage offset est de meilleure qualité (les images sont mieux reproduites) qu'un tirage numérique, et la simplicité de mise en œuvre (rien n'égale iPhoto).

Mais l'intérêt de l'offset, c'est que les prix baissent très vite avec le volume. Ainsi de 19,80€ l'exemplaire pour une commande de 100 livres, on passe à 4,48€ par exemplaire dès qu'on en commande 500. Donc en gros, le message de cette offre c'est : il peut être intéressant de faire appel à un imprimeur offset, dès qu'on tire plus d'une centaine de livres photo.

Et ça je ne le savais pas. J'imaginais que le seuil se situait bien plus haut… disons au-delà de 1000 exemplaires.

En effet les imprimeurs numériques publient leur grille tarifaire alors que, selon les frères Escourbiac, ce n'est pas la tradition dans l'offset. Dans l'offset on demande un devis, ce qui est une perte de temps, on se dit qu'un devis c'est forcément parce que le prix est très élevé ce qui contribue à l'image (fausse donc) que l'offset c'est pour de très, très gros tirages… donc cette offre pour 100 exemplaires, c'est un moyen de casser une image fausse.

Personnellement j'aime l'idée de donner l'information la plus complète possible aux clients potentiels pour leur permettre de réfléchir intelligemment sans avoir à cumuler les devis. Je déteste les formulaires de demande de devis : pour un achat, il y a toujours un moment où on cherche à établir la liste des fournisseurs potentiels… demander des devis pour ça, c'est une énorme perte de temps. On peut demander le devis quand la liste s'est réduite à 2, 3 fournisseurs… Donc je comprends et j'approuve la démarche de l'imprimerie Escourbiac.

Et, surtout, j'ai appris quelque chose.

Par Benoît Marchal, le Mardi 27 Mars 2012
Dans : La photo | Vu, lu, entendu | Livre

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.