Quelques réflexions sur la cabine photo Harcourt

Disponible sur l'AppStore

Quelques réflexions sur la cabine photo Harcourt

Vous avez vu ? Harcourt, après un essai réussi à Cannes, a installé une cabine photo (un Photomaton) au cinéma Mk2, à Paris. Ceci avant, peut-être, un déploiement plus large en France.

Je n'ai pas eu l'occasion de l'essayer mais les responsables du studio sont clairs : "Ce n'est pas l'équivalent d'une séance photo au studio mais c'est sans comparaison avec une cabine d'identité." A 10 euros la photo, on imagine bien qu'on ne profitera pas de toute l'expérience d'une séance Harcourt.

Néanmoins il semble que le célèbre studio n'a pas non plus voulu brader sa signature : un logiciel a été spécialement développé pour piloter les fameuses lumières Harcourt.

Quelques réflexions à chaud… J'applaudis évidemment ce genre d'initiative qui fait preuve d'une grande modernité (une bonne habitude d'un des plus anciens studios Français). Peut-être est-ce une forme d'art génératif appliquée à la photo ?

D'une part, sur le plan technique, ce genre de produit donne la mesure des progrès : l'appareil photo est un ordinateur comme les autres et son logiciel, son intelligence, font la différence. Il fut un temps où faire un éclairage Harcourt était réservé à une élite. Puis de nombreux photographes ont appris à le reproduire. Aujourd'hui un logiciel le reproduit.

Or, n'en déplaise à quelques esprits grincheux, tout ce qui contribue à simplifier la technique permet au photographe de se concentrer sur son humanité, c'est-à-dire, par exemple, sur l'émotion.
Tiens, un vieux briscar m'en parlait justement il y a quelques jours.

D'autre part, sur le plan commercial, ça rejoint parfaitement les discussions en cours dans la photo : produits haut de gamme (l'expérience en studio, avec tout ce qu'elle implique), produits bon marché (la cabine photo), il faut des produits clairement identifiés.

Et le milieu de gamme est appelé à disparaître, pourquoi en effet aller faire une photo à 35 euros dans son quartier si on peut avoir une photo Harcourt à 10 euros ? On mesure aussi l'importance du travail sur la marque.

Enfin, et ce n'est pas le moins important, cela montre l'importance de l'interprétation dans la photo. Harcourt ce n'est pas une photo d'identité, ce n'est pas le reflet "clic-clac Kodak" de ce qui se trouvait devant l'objectif mais c'est une création du réel par un travail sur la lumière (le maquillage, la pose et la retouche en studio). Ce détournement d'une cabine photo, cabine qui a été inventée pour les photos d'identité donc les photos les plus fidèles, vers une interprétation du portrait interpelle.

Cette cabine Harcourt me fait aussi penser à certaines formes d'art numérique génératif où la vision de l'artiste s'exprime par un algorithme qui génère les œuvres. C'est une forme d'art acceptée en musique, en littérature, etc. Il est donc normal que la photo s'y mette !

Oui, comme le suggérait Diane sur Facebook. Quand on découvre ce produit, c'est le moment de relire Regard sur l'Image.

Par Benoît Marchal, le Mardi 9 Août 2011
Dans : La photo | La photographie assistée par ordinateur

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.