L’argentique fait sa dernière victime, Kodak

Disponible sur l'AppStore

L’argentique fait sa dernière victime, Kodak

L’argentique fait sa dernière victime, Kodak

Vous l'avez sans doute appris, Kodak a déposé le bilan ce matin. Le but est de re-négocier ses dettes pour permettre une réorganisation et une relance de l'activité. La procédure du chapître 11 américain encourage un groupe à se relancer, tout n'est donc pas perdu pour l'ex-géant américain.

Mais contrairement aux analyses un peu faciles que je lis souvent depuis ce matin, c'est l'argentique qui pousse Kodak à la faillite.

Les faits… les problèmes de Kodak datent des années 90, l'âge d'or du film argentique. Pour faire face à la concurrence grandissante d'émulsionneurs meilleur marché, comme FujiFilm ou Konica, Kodak lance le disc (1982) et l'APS (1996). Ce seront deux échecs qui creusent un trou dans la trésorerie du géant jaune. Le développement rapide de produits numériques ne parviendra pas à éponger ces échecs.

Pire, alors que le numérique nécessite beaucoup de nouveaux investissements et d'être réactif, Kodak est devenu… prudent. Un peu trop sans doute.

Et pourtant malgré l'image de has been qui lui colle désespérement à la peau, j'ai toujours trouvé que Kodak faisait preuve d'une grande intelligence du numérique mais les produits, malheureusement, n'ont pas toujours été à la hauteur. J'ai d'ailleurs souvent eu l'impression que la société manquait de ressources pour aller au bout de ses ambitions. Et il y a eu de véritables perles comme la Kodak Zi8.

Kodak a inventé la photographie numérique, il est le seul fabricant de matériel photo, avec Apple, à avoir une véritable stratégie cloud (dont on commence à mesurer l'importance avec le développement d'Instagram). Kodak a aussi été la première grande entreprise à intégrer les réseaux sociaux dans sa communication.

Bref je suis convaincu que si Kodak avait été une startup du numérique au lieu d'avoir à rembourser l'APS (ou si, comme Agfa, il avait logé les produits argentiques dans une filiale vouée à la faillite), Kodak serait aujourd'hui un acteur majeur de la photo numérique… et peut-être qu'au lieu de twitter nos photos, nous les easysharerions grin

Bref ne refaisons pas l'histoire. Ni dans un sens, ni dans l'autre. Kodak est en faillite à cause de l'argentique.

Par Benoît Marchal, le Jeudi 19 Janvier 2012
Dans : La photo | Le marché

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Il y a eu un autre souci pour kodak, c'est la distribution en France de ses produits par des grossistes ... Et pas en direct. À l'époque de l'argentique kodak distribues ses propres produits avec une équipe marketing et une forte présence en magasin . Avec les produit numérique, ils on eu la mauvaise idée de sous-traité et les commerciaux étaient inexistant...
Par jeromeg le Vendredi 20 Janvier 2012 at 09:13 MATIN
J'avais deux paragraphes sur l'impact des revendeurs dans la chute mais on allait encore m'accuser d'être pro-commerce électronique donc je les ai supprimé grin
Mais oui comme dans tous les secteurs en mutation, la vente directe, est presque une condition de croissance… ce n'est pas un hasard si Apple vend en direct. Il leur aurait fallut un Kodak Store en ligne et un réseau de distribution direct.
Par Benoît Marchal le Vendredi 20 Janvier 2012 at 11:46 MATIN
quoiqu'il en soit aujourd'hui Kodak survit grâce....à l'argentique !
la boucle est bouclée.
Par Fendercaster le Dimanche 22 Juillet 2012 at 09:45 APRES MIDI
1990: âge d'or du film argentique?? Non, je dirai plutôt le début de la fin, et ce à cause d'une gigantesque spéculation sur le numérique, orchestrée par une poignée - au départ - de commerciaux peu scrupuleux et surtout pas photographes. L'argentique fait sa dernière victime: Kodak.Si ces derniers avaient été moins prétentieux, hautains, arrogants en termes de marketing et de distribution, les sels d'argent auraient encore de beaux jours devant eux...
Kodak a déposé le bilan: coupable: l'argentique. Un peu facile comme verdict, non? Surtout quand on sait que la société s'en sort aujourd'hui grâce à... l'argentique! Un seul mot d'ordre de nos jours, partout. RENTABILITE. Mais, n'avons nous pas fait le même procès aux vinyls il a quelques temps? Sauf que d'ici deux ans, le CD sera bel et bien enterré, au profit de nos chers vieux 33 tours...
Par vivier le Mercredi 10 Octobre 2012 at 11:21 APRES MIDI
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.