Android, adapté aux appareils photo ?

Disponible sur l'AppStore

Android, adapté aux appareils photo ?

Page 1 sur les 2 pages de cette note  1 2 > 

Android, adapté aux appareils photo ?

Polaroid a annoncé hier le Polaroid SC1630, le premier appareil photo sous Android. Les réactions sont extrêmement variées depuis l'incompréhension ("qui veut jouer à Angry Birds sur un appareil photo ?") jusqu'aux slogans d'enthousiasme ("vive le libre").

En pratique le Polaroid SC1630 permettra d'acheter des applications de création et de partage d'images sur l'Android Market. Et il était plus que temps que cette fonction se développe ! Il faut maintenant espérer qu'elle va très vite se répandre (idéalement sans Android, j'explique pourquoi ci-dessous) sur nos reflex, hybrides et autres appareils experts.

On me demande souvent pourquoi je souhaite acheter une application pour un appareil photo expert. Je réponds par deux exemples.

Je me suis récemment acheté un intervalomètre qui se présente comme une petite télécommande (écoutez cette émission pour le pourquoi du comment). Le prix était modeste, pour du matériel photo, 30 euros. Mais il est difficile à utiliser en même temps que mon dolly skater. La télécommande doit être fixée à la gaffer sur le boîtier… les contrôles sont alors peu accessibles… pas génial.

C'est d'autant plus dommage que mon appareil photo a déjà tous les composants (minuteur, contrôle du déclencheur, etc.) pour gérer un intervalomètre, il ne manque que quelques lignes de code et une entrée dans le menu. Et c'est là que le bas blesse. L'intervalomètre, c'est un besoin de niche. Le time-lapse n'intéresse pas grand monde et les fabricants ne peuvent pas développer toutes les fonctions possibles et imaginables, surtout les plus exotiques, dans leurs menus.

Nous sommes déjà nombreux à nous plaindre de la longueur et de la complexité des menus… si on y ajoutait les dizaines de fonctions de niche, comme l'intervalomètre, les appareils seraient inutilisables. Et je devrais sans doute toujours acheter un intervalomètre externe pour retrouver une interface pratique.

Avec le Polaroid SC1630, j'achète une application intervalomètre et tout le monde est content. Mon travail est simplifié (un seul boîtier) sans que mon besoin encombre le menu de tous les autres boîtiers (le vôtre y compris). Même le fabricant gagne en proposant des appareils plus puissants et en ouvrant un nouveau marché.

Autre exemple, la vidéo. Pour éviter une taxe européenne, les fabricants brident la prise vidéo à moins de 30 minutes sur les boîtiers photo. Ce bridage est purement logiciel, il épargne quelques dizaines d'euros et il dérange peu de monde. On filme rarement plus de 30 minutes sauf… pour des interviews comme sur Déclencheur, par exemple. Rien n'est plus ennuyeux que de devoir interrompre mon interlocuteur pour arrêter et relancer la prise de vue.

Le Nikon D4 est le premier appareil photo qui permettra de contourner cette limite mais il faudra brancher un enregistreur externe (type Atomos Ninja ou Sound Devices Pix 220) sur la prise HDMI. Donc deux appareils à coordonner, deux jeux de batteries, etc. La mise en œuvre ne sera pas idéale.

Une fois encore, il serait pratique d'acheter une application "vidéo étendue" qui lèverait cette limite (en payant la taxe).

Page 1 sur les 2 pages de cette note  1 2 > 

Par Benoît Marchal, le Jeudi 12 Janvier 2012
Dans : La photo | Boîtier

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Je reste un peu sur ma faim suite à la lecture de cet article. J’aime beaucoup Android (qui, en passant, n’est PAS libre : juste open source) et j’ai tendance à penser que le système devient de plus en plus mature. J’aurais souhaité lire dans cet article des preuves de cette immaturité ; pourtant, seul 10 % de l’article parle d’Android.

Je ne suis pas d’accord avec Benoît en ce qui concerne la conception d’applications non-Android. La force de l’iPhone, c’est bien entendu sa plâtrée d’applications, et l’article en parle. Mais sur quoi est-elle basée ? Sur un SDK, sur une ouverture aux développeurs.

Je pense au contraire que l’utilisation d’Android en tant que système d’exploitation pour appareil photo est un exemple à suivre : j’ai eu l’occasion de manipuler le SDK d’Android, vraiment mature depuis Ice Cream Sandwich (les Fragments c’est bon, mangez-en) et je dois dire que la présence d’un tel SDK standard serait une force énorme pour les développeurs (sans compter que c’est du Java).

D’après moi, il est largement plus sage de laisser la communauté se charger de développer les applications ; pour ce faire, il faut un SDK ; pour développer de bonnes applications, il faut qu’il soit mature ; pour qu’il soit mature, il faut que le système soit développé par des personnes pour qui développer un système d’exploitation est un cœur de métier. Quelque chose qu’un constructeur d’appareil photo n’a pas forcément envie de développer.

Ai-je raison dans mon analyse ?
Par Diti le Jeudi 12 Janvier 2012 at 09:00 APRES MIDI
Je n'ai pas voulu rentrer dans le débat du caractère libre d'Android parce que ça m'aurait entraîné trop loin… j'ai fait référence aux défenseurs du libre qui prennent fait et cause pour Android par principe.

Sur le SDK, j'ai un peu clarifié l'article. Il est évident que l'ouverture d'un AppStore suppose la mise à disposition d'un SDK. Comme tu le notes fort justement, un constructeur d'appareil photo n'a pas forcément envie d'entrer dans ce métier (clairement Polaroid n'avait pas ce désir)… mais, en substance, je pense qu'il devrait.
PS : je pense qu'on a plus besoin d'un SDK applicatif (style plugin Photoshop, plugin Eclipse) qu'un SDK de système d'exploitation mais je peux me tromper.
Par Benoît Marchal le Jeudi 12 Janvier 2012 at 09:09 APRES MIDI
"Mais il les contraint aussi à rester dans la forme d'un smartphone"

Je ne vois pas franchement pourquoi. Parrot sort des autoradios avec Android qui ne ressemblent pas vraiment à des smartphones. Il y a des montres sous cet OS également.

La force d'Android dans un APN viendra :

- Des apps développées pour ce genre d'utilisation
- De la concordance des interfaces entre plusieurs appareils. Pas besoin de tout réapprendre.
Par gstephane le Vendredi 13 Janvier 2012 at 08:56 MATIN
Cet autoradio Android, on l'a testé aux Teknophiles et ce qui en est ressorti c'est que l'interface tellement différente que les applications Android doivent être ré-écrites ! Donc on n'a pas accès à l'Android Market et il faut un SDK Parrot ! CQFD.
C'est très logique si on réfléchit et ça illustre parfaitement mon propos. Si on n'a pas déjà une solution, ça peut avoir du sens d'en construire une sur Android, même s'il faut développer un store propriétaire.
Mais ce n'est pas le cas des Canon, Nikon, Pentax et autres. Ils ont déjà un gros investissement logiciel et je pense qu'il sera préférable pour eux et pour nous de construire dessus en développant un SDK approprié.
Par Benoît Marchal le Vendredi 13 Janvier 2012 at 06:59 APRES MIDI
Bonjour Benoit,

J'irais droit au but, je trouve cet article très decevant !
Je suis déclencheur depuis plus d'un an maintenant et je trouve que le site vire vraiment trop au "Pro-iPhone". J'ai d'ailleurs lu l'article de Patrick Moll qui, à mon sens, a entièrement raison. Mais bref, passons, ce n'est pas le sujet.

Je trouve donc très dommage que sur un site photo, tu puisse qualifier l'iPhone d'"appareil photo" et en même temps trouver dommage qu'Android se retrouve sur un appareil photo compact. On retrouve le même principe dans ses deux démarches non ?

Par ailleurs ton argument d'ouvrir les logiciels propriétaires des constructeurs ne tient pas la route. Cela impliquerait aux développeurs de développer une application spécifique à chaque constructeur. C'est là qu'Android entre en jeux : la portabilité.
Je te concède cependant que le travail logiciel fourni par les contructeurs doit être ré-utilisé (principe clé du développement logiciel), mais pourquoi ne pas l'inclure dans une nouvelle version d'Android ? Android en est à la version 4.0 qui permet de développer à la fois sur smartphone et sur tablette. Pourquoi pas une version 5.0 qui permette de développer sur les appareils photos ?

Je pense que ce que fait Polaroïd va dans le bon sens. Le chemin reste long mais, l'avenir est bien là, et non pas dans l'iPhone smile
Par Darune le Jeudi 26 Janvier 2012 at 12:34 APRES MIDI
Page 1 sur les 2 pages de commentaires 1 2 > 
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.