Et si on aimait le marketing ?

Disponible sur l'AppStore

Et si on aimait le marketing ?

Et si on aimait le marketing ?

En plein bourdonnement autour de l'iPhone 4, je travaille à une émission avec Christophe Flers qui parle, entre autres, de comment vendre son activité de photographe à l'âge des médias sociaux. Forcément on parle de marketing viral appliqué aux photographes et, en particulier, de Marcus Bell dont la démarche a des accents de Seth Godin appliqué à la photo.

Pour mémoire, Marcus Bell insiste sur des produits de grande qualité, à développer en écoutant les clients. Quant à Seth Godin, il conseille d'intégrer la viralité dans l'excellence du produit ce que l'iPhone illustre à merveille : avec un produit soigné et révolutionnaire, Apple s'assure d'un superbe bouche-à-oreille.

Christophe m'a donné une clé de lecture en expliquant, vous l'entendrez bientôt, combien il prend plaisir à soigner ses clients "comme Apple prend du plaisir à faire de beaux produits."

Parce que c'est sans doute pour cela que nous n'aimons pas le marketing classique. Dans le schéma classique, on fabrique un produit "juste assez bon pour sa gamme de prix" (je ne vise personne en particulier) et puis on engage une ou plusieurs agences pour tenter de le parer d'atouts dont il ne dispose pas ou, à tout le moins, pour exagérer ses faibles qualités. Le client se fait avoir deux fois : quand il tombe dans le panneau de la pub et quand il comprend qu'un pourcentage non négligeable du prix a payé ces mensonges.

Notons que ce principe est vrai qu'il s'agisse de marketing classique ou du nuage de fumée des agences 0.0 qui achètent une pseudo-viralité à coup de publireportages et autres pratiques moyenâgeuses.

Pour être clair, je ne critique pas l'essence du marketing. Il répond à deux besoins, celui pour l'entreprise de vendre pour servir ses clients et donc communiquer. Et celui du client de découvrir les produits dont il a besoin. Mais je m'interroge, comme Seth Godin, sur la forme que le marketing doit prendre pour rester efficace dans cet âge de surabondance de l'offre (tout le monde est photographe) et des médias (tout le monde est prescripteur sur l'un ou l'autre site).

Parce que l'intérêt du marketing viral, comme Apple le pratique bien entendu, est de bénéficier complètement au client. Christophe vous expliquera ainsi qu'Apple fait du marketing quand il investit plus d'effort de conception dans l'emballage de l'iPhone (et ne parlons même pas de ce qu'il y a dedans) que ce que la plupart de ses concurrents consacre à la conception du téléphone tout entier. C'est du marketing mais c'est du marketing qui soigne les clients, dont le client profite, du marketing qui leur fait plaisir.

Et donc c'est du marketing gagnant/gagnant. Est-ce là la clé de l'avenir ? Le marketing dans le produit, au service du client ?

Par Benoît Marchal, le Jeudi 10 Juin 2010
Dans : Marketing

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Je ne Apple fait du marketing gagnant / gagnant … !!!?? Certainement pas !!!

Certes le produit est de bonne qualité mais quand on nous vend un le premier IPhone qui ne prend pas de photo, le deuxième prend des photos, le 3ème la vidéo et le 4ème la visio ; je pense qu’ils ont bien roulé tout le monde dans la farine. En effet, les fonctions photo, vidéo et visio existaient déjà à la sortie du 1er IPhone qui n’avait pas ces fonctionnalités disponible chez ses concurrents. Ici il y a eu une gros marketing fait par Apple qui a aveuglé le consommateur. Certes l’IPhone est beau, il comporte des innovations et avancées technologiques mais pas les plus fondamentales pour les consommateurs.

De plus le système Apple est très verrouillé. On ne peut pas lire les applications et les sites en Flash, il faut passer par ITunes, convertir ses fichiers, des branchements spéciaux, etc… Il y a plein de petites contraintes pour le consommateur qui se retrouve obligé d’acheter des produits Apple ou compatible. Le résultat est que le consommateur achète plus, est restreint à la marque Aplle qui n’est pas forcément la meilleure dans tous les domaines.

On ne soigne pas le client ici. On le conditionne, on l’attire, on crée le desir chez lui pour qu’il achète.

Par conséquent, ce n’est pas du marketing gagnant/gagnant !!!

Par Mr So le Jeudi 1 Décembre 2011 at 05:30 APRES MIDI
Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.