A la manière de…

Disponible sur l'AppStore

A la manière de…

Page 1 sur les 4 pages de cette note  1 2 3 >  pag_last_link

A la manière de…

En présentant un photocollage de David Hockney à mes CM2, j’ai eu droit à : «peut-être que son appareil pouvait pas faire la photo entière.»

Ainsi malgré le travail réalisé sur la photo et maintenant une certaine maîtrise technique pour leur âge, les stéréotypes ont la vie dure : pour mes élèves, le boîtier reste plus déterminant dans la photo que le travail du photographe.

Avec ce second volet du projet ils vont découvrir l'importance d'une démarche artistique.

Après le thème du lightpainting nous passons donc à un «à la manière de...», grand classique des pratiques pédagogiques, utilisé tant en littérature qu’en arts visuels. Il s’agit de réaliser une oeuvre en s’inspirant plus ou moins librement de celle d’un artiste (re)connu.

Je leur laisse le choix et il se porte rapidement sur David Hockney. ll faut dire que c’est sans nul doute la plus ludique parmi les oeuvres que nous avons étudié au cours du projet. Du coup nous avons observé plusieurs photocollages de David Hockney de plus près.

«Peut-être que son appareil pouvait pas faire la photo entière,» ou la démystification d’une technique artistique

Leur première réaction en observant Une chaise, jardin du Luxembourg fut de penser à un découpage photo «il a découpé la photo en morceaux et a remis les bouts un peu n’importe comment».

Pas bête ! Moi qui pensait qu’ils verraient tout de suite la manière de faire. Rien n’est si évident.

L’observation d’une seconde oeuvre, Imogen & Hermaine, permet d'affiner l’observation : «y’a quelque chose de bizarre maître, elle a plusieurs jambes la fille.» Pourtant personne ne pense encore à une juxtaposition de photos. Autre oeuvre analysée, Place Furstenberg, que certains élèves décrivent «un peu comme un puzzle», avec «plein de photos posées l’une à côté de l’autre».

Le principe du photocollage est donc compris. L’artiste a pris de nombreuses photos «assez zoomées» diront-ils, balayant toute la scène, pour ensuite la reconstituer «à sa façon» en assemblant les clichés.

Mais pourquoi a-t-il fait cela comme ça ? Pourquoi ne pas prendre une seule photo pour montrer cette chaise, ces personnes, ce décor ?

«peut-être que son appareil pouvait pas faire la photo entière»
«peut-être que son appareil faisait des photos trop petites»

Pour les élèves c’est donc toujours l'appareil qui est le facteur déterminant dans l’acte photographique. Cela me rappelle les nombreuses fois où j’entends «il fait de belles photos ton appareil». On est vraiment dans l'imaginaire collectif où le photographe s'efface devant son boîtier. Ce n’est pas que l’on fait de bonnes photos, c'est que l’on a un bon appareil. Remarquez que ce type de remarques n’est pas réservé à la photographie, on l’entend aussi bien en musique par exemple : ce n’est pas que l’on joue bien, on a «une guitare qui sonne bien…»

Nous écartons donc cette hypothèse, je leur explique qu’il n’y a pas de raison que l’appareil soit en cause, il pouvait parfaitement prendre l’image entière en une seule prise.

«Peut-être qu’il avait juste envie de faire comme ça, c’est tout»
«il veut pas faire comme les autres»
«il voulait faire son plus malin»
«peut-être qu’il aime bien bricoler avec les photos»

«il voulait montrer les choses autrement»
«ben une photo de chaise c’est trop facile, tout le monde peut le faire»

J’aime beaucoup ces dernières remarques.On touche là du doigt la notion de démarche artistique.

S'ensuit une discussion sur la vison de l’artiste, qui choisit de montrer le monde selon son inspiration, sa vision. Des liens sont fait avec certaines peintures vues en art plastique. On convient que peu importe à quel point une oeuvre est fidèle ou pas à la réalité. L’artiste, au sens large de celui qui pratique l’art (les élèves, l'enseignant, leur grande soeur etc.) peut choisir ce qu’il veut montrer/exprimer et comment il veut le montrer/exprimer.

Les élèves ne se priveront d’ailleurs pas de le rappeler plus tard lors de leurs propres photocollages. Ainsi devant certaines tentatives très mal agencées, voire bâclées pour certains, je m’entendrai rétorquer «c’est pas important que ce soit réaliste, c’est de la photo comme David Hockney».

Page 1 sur les 4 pages de cette note  1 2 3 >  pag_last_link

Par Lightroomreg, le Mercredi 23 Juin 2010
Dans : La photo | La photo au CM2

Votre actualité sur Déclencheur

Déclencheur partenaire de “La Photographie”
Déclencheur est maintenant partenaire de "La Photographie" sur Facebook. Le lieu de partage de photo convivial sur Facebook.

Nouvelle boutique plus conviviale
Achetez une émission, pendant un mois, elle sera déduite si vous passez à une adhésion trimestrielle ou annuelle. Essayez Déclencheur Gold !

Déclencheur Gold à moins de 5 euros/mois
Plus de trois fois plus de temps d'antenne, uniquement pour les membres Déclencheur Gold. Pourquoi s'en priver ?

Les commentaires ne sont pas disponibles pour cet article.